L’homosexualité, cet accessoire fashion selon ELLE

Quand j’ai découvert, aujourd’hui, sur Facebook, l’article de ELLE qui expliquait que sortir avec une fille vous  apporte “une énorme crédibilité swag ” et vous propulse “au coeur de la société et des débats qui agitent la société en ce moment“, j’ai hésité entre le rire et les larmes. L’enfer est pavé de bonnes intentions, aussi je doute que l’auteur-e de ce texte se soit rendu compte un seul instant du caractère homophobe de son article.

Chère ELLE, l’homosexualité n’est pas un accessoire fashion, une case à cocher dans sa liste de “trucs de ouf qu’on veut faire avant 40 ans parce qu’on est trop rock ‘n’ roll t’as vu“.  Les homosexuel-le-s n’ont pas choisi de l’être, et devinez quoi ? Pour un trop grand nombre d’entre elles-eux, la vivre, c’est prendre le risque d’être rejeté-e-s, humilié-e-s, stigmatisé-e-s, agressé-e-s, et parfois, assassiné-e-s. Vous voulez toujours essayer ? Non, avoir moins de droits que les autres, c’est pas swag. Non, être lesbienne ne consiste pas à trouver hyper pratique d’échanger des conseils beauté avec sa copine. Non, se voir comparé-e-s à des pédophiles / zoophiles / annonciateurs de l’apocalypse depuis des mois, c’est pas cool. Vous pensez sincèrement que les jeunes homos jetés à la rue trouvent ça super swag ? Qu’ils voient ça comme un jeu qui les rendraient plus intéressants aux yeux de leurs ami-e-s ?

Chère ELLE, remplacez lesbienne par d’autres mots, d’autres minorités. Essayez :  “Tu veux être au coeur du débat sur la guerre au Mali ? Sors avec un Touareg ! Et puis ça augmentera ton capital swag” , ou Je suis sortie avec un Tunisien, j’avais trop envie d’être au coeur du Printemps arabe !!!! “,  “Je suis sorti avec un juif, ça m’apporte une énorme crédibilité swag au mémorial de la Shoah“,  “Depuis que je mange du brocciu, je me sens au coeur du débat sur l’indépendance corse“,  “Je suis sortie avec un SDF, je me suis sentie au coeur du débat sur la pauvreté, grosse crédibilité swag au brunch de dimanche dernier“.

Et surtout, dites-le à des Maliens, des Arabes, des Juifs, des Corses, des SDF. Vous auriez peur de vous en prendre une ? Vous trouvez ça tour à tour raciste, antisémite, ignorant, idiot, snob et irrespectueux ? Ça l’est.

Les minorités ne sont pas là pour donner à la majorité un frisson exotique lorsque cette dernière a l’illusion d’en faire partie, un très court instant. Les minorités ne sont pas là pour être l’arbre de la nouveauté et de l’interdit qui cache à la majorité la forêt de ses privilèges. Coucher avec une femme pour se donner une crédibilité politico-gaucho-bobo-rock’n'roll-engagée-trop-stylée, c’est aussi discriminant que d’aller manifester le 24 mars. C’est peut-être moins voyant, moins méchant, mais c’est aussi stupide.



22 commentaires

Coucou Camille, “Les homosexuel-le-s n’ont pas choisi de l’être”… hum, ce n’est pas totalement vrai, je veux dire ce n’est forcément pas le cas de tous.

Écrit par Della Wonder le 21 mars 2013 à 18:45

Choisit-on d’être attiré-e par les hommes ou les femmes ? Je dirais que non, mais certes, rien n’est scientifiquement prouvé.

Écrit par helluvah le 21 mars 2013 à 18:50

Excuse. Je reformule parce que DANS CE CONTEXTE, c’est vraiment pas clair mon truc… ;) -surtout que je partage complètement ta réaction face à cet …article-
J’ai voulu dire qu’on pouvait -parfois- faire le choix de vivre EN DEHORS de l’hétérosexualité. Dans ce sens là il s’agit d’un choix… nan?

Écrit par Della Wonder le 21 mars 2013 à 18:57

Oui là je suis d’accord.

Écrit par helluvah le 21 mars 2013 à 18:58

je suis donc d’accord avec camille, on on a choisi de le vivre mais on n’a pas choisi de l’être.

Écrit par swaz le 21 mars 2013 à 19:23

C’est quoi la “crédibilité swag”?

Écrit par Chewbacca le 21 mars 2013 à 19:30

C’est avoir l’air TELLEMENT COOL.

Écrit par helluvah le 21 mars 2013 à 19:34

Encore une belle preuve que les journaux féminins sont des instruments d’abêtissement de la femme portés par une société patriarcale et rétrograde. Cette suffisance est insupportable!

Écrit par moonworld le 21 mars 2013 à 19:37

Bien d’accord. Même si la formulation “on n’a pas choisi” me parait toujours un peu bizarre… car c’est souvent ce que disent les hétéros bien dressés… “ils n’ont pas choisi, donc c’est normal”…. voyez c’que j’veux dire ou pas?

Écrit par Della Wonder le 21 mars 2013 à 19:37

C’est pourtant ce dont il s’agit … Choisir sa sexualité n’aurait en soi pas de sens véritable. Et en raisonnant par l’absurde, si on suppose qu’on en faisait le choix, ce choix serait porté par des raisons qui seraient elles-mêmes ancrées en nous d’une manière ou d’une autre : à ce moment là, pourrait-on parler de choix ? Il me semble que non.

Peu importe ce qu’en disent les gens ou comment ils le formulent, quelqu’un qui choisit sa sexualité n’est pas quelqu’un qui vit sa vraie sexualité. Si j’avais eu le choix je peux jurer que je n’aurais pas choisi les hommes.

Écrit par CrowPg le 22 mars 2013 à 1:22

Vrai !

Écrit par 23 le 22 mars 2013 à 1:50

Eh bien quelle réponse !!! Juste parfaite, à la hauteur je trouve de ce sordide article totalement dénué de bon sens et de compréhension… Merci simplement d’avoir remis les choses à leur place avec un grand talent dans l’écriture au passage.

Écrit par Aurel2910 le 22 mars 2013 à 1:52

Haha ! c’est drôle !
Ont -elles conscience que les lesbiennes ne font pas QUE s’échanger des vernis à ongles ?… ^^.
(surtout quand tu vois la dégaine de certaines…Niveau verni. )

Ensuite je ne trouve pas cet article homophobe. Il exprime surtout une vision des relations humaines et amoureuses désastreuses d’une façon générale.

Écrit par Line le 22 mars 2013 à 1:52

Salut CrowPg (je précise car il m’a semblé que tu répondes à ma question?) : c’est intéressant et je (pense) comprendre ce que tu veux dire par ces choses “ancrées en nous d’une manière ou d’une autre”. Mais, quand tu dis “Si j’avais eu le choix je peux jurer que je n’aurais pas choisi les hommes”.
Tu parles sûrement de désir? Car la sexualité, il me semble qu’on puisse aussi la voir/la vivre comme quelque chose de “fluctuant”, de libre et comme ayant des formes diverses (”vivre sa VRAIE sexualité”, me semble ici un peu restrictif), un peu comme le genre, qui au final sont souvent hyper liés aux représentations (ce que la société attend de nous) et constructions sociales (les normes etc)… qu’on en ait conscience ou le plus souvent pas du tout.

Bref, j’ai conscience de soulever un autre débat et que la question du choix est probablement hors sujet-direct (désolée) et d’ailleurs l’article est construit autour de ça donc sans cette première remarque, n’existerait probablement pas… Ce que serait fort dommage! :)
Car je suis d’accord, cet article est juste nauséabond. Pas du second degré comme s’en défendent les auteurs… c’est juste de la suffisance effectivement.

Écrit par Della Wonder le 22 mars 2013 à 12:39

Salut à tous, demain on sera le 24 mars..ce sera mon anniversaire et j’aurai 18 ans, et il y a cette manif…des-espoirs pour mon/notre avenir?

Écrit par LittleButterfly le 23 mars 2013 à 9:42

Petit Papillon, joyeux anniversaire en avance !
La manif des antis est leur baroud d’honneur, la loi va passer !

Écrit par helluvah le 23 mars 2013 à 13:33

Il est si swag que ça cet article de ELLE ?

Déjà une diatribe dans les Inrocks, maintenant Tétu, à croire que vous vous êtes passés le mot. Je pense qu’ ELLE ait écrit cet article avec légèreté et second degré. Ce n’est pas un article de fond, juste une petite chronique sans prétention. Mais de voir cette montée de boucliers pour si peu. Cela m’énerve. Et dire (dans les commentaires) que les journaux féminins sont des instruments d’abêtissement de la femme, c’est vraiment prendre les femmes pour des connes.

Écrit par Hého le 23 mars 2013 à 14:08

Personne ne s’est passé de quelconque mot, et cette montée de boucliers exprime simplement le fait que nombreuses sont les personnes à trouver que cette chronique, aussi sans prétention et second degré soit elle – j’ai bien compris que c’était de l’humour, merci -, tombe complètement à plat et n’est pas drôle. Parce que pour les homos, a fortiori en ce moment, leur orientation sexuelle n’est pas un jeu destiné à se faire mousser. Elle a tenté une blague, et cette blague est de mauvais goût.

Écrit par helluvah le 23 mars 2013 à 14:15

Je comprends votre point de vue. Il est juste. On vient à peine d’achever une longue période de débat concernant le ” mariage pour tous ” qui a laissé des traces, blessé de nombreuses personnes, attristé beaucoup d’autres et divisé quelque peu la population. Cette crispation sur le sujet de l’homosexualité est palpable, et cela m’attriste. Voilà tout. C’est pourquoi la légèreté – en générale, pas forcément sur cette chronique – a parfois du bon.

Écrit par Hého le 23 mars 2013 à 14:58

[...] Cliquez ici pour voir l’article entier.. [...]

Merci pour cet article. C’est intéressant cette nuance entre choisir de vivre en dehors de l’hétérosexualité et ne pas choisir d’être homosexuel… autant dire que c’est ce qui m’a permis de comprendre le point de vue de l’auteure. Elle doit surement ignorer cette nuance dans la différence. Est ce que l’heterosexualisation des ados mènent culturellement à une forme d’homophobie naturelle chez l’indivdu ? Si c’est le cas, il ne faut pas s’ étonner de l’engagement 31.

Écrit par dresséeaveclepoint le 26 mars 2013 à 20:37

Aaaaaah, enfin, attaquez les magazines féminins, oui c’est bon envoyez-leur plein la gueule, qu’on éduque un peu toutes ces mijaurées superficielles qui ne jurent que par les people, l’apparence et la musique pauvre en travail sous-jacent.

Il y a quelques mois la militante anti-raciste et féministe Rokhaya Diallo a écrit un article pour signifier sa colère face aux magazines féminins qui s’obstinent à ne montrer en couverture que des crackers, des faces de craie, des Blanche-Neige, bref des femmes qu’ont pas la bonne couleur de peau quand on veut l’égalité et, à long terme, le métissage.

Je lui ai répondu que ces tabloïds étaient de mon point de vue d’homme complètement stupides et qu’elle n’aurait pas mon soutien si son combat la portait à remettre en question un point aussi anecdotique d’une monstrueuse machine à lobotomie lente, que ce n’est pas parce qu’un magazine est “féminin” que chacune se doit de le lire, ou même de savoir ce qu’il s’y dit.

En gros, foutez la paix à ces magazines, ignorez-les, lisez plutôt les publications sérieuses.

Mais j’ai changé d’avis. L’égalité passe par une remise à niveau du respect mutuel, une mise en commun des références, et donc un redressement du niveau intellectuel social. Finis le pain et les jeux, les people, l’astrologie, le tuning et le culturisme. Sus aux simples d’esprit, aux hypocrites qui les téléguident et aux entourages résignés !

Merci Camille.

Écrit par Stannis le 28 mars 2013 à 13:28

Réagissez