Le Saloon, une véritable institution du Village

Le Saloon

Parmi les bonnes adresses du Village gay de Montréal, le Saloon est sans aucun doute une référence depuis de nombreuses années. Les gens qui me connaissent personnellement savent que j’en apprécie beaucoup l’ambiance, la cuisine, la musique et même les employés (la plupart tous très jolis, soyons honnête!).

Géré de main de maître par Philip Demers depuis 2000, le Saloon est au cœur du paysage du Village depuis maintenant 20 ans. « Le secret derrière le succès et la longévité du Saloon? C’est probablement sa capacité d’évoluer au rythme de sa clientèle et des tendances, d’expliquer le propriétaire. Nous avons toujours su adapter le concept de base aux besoins changeants de notre clientèle fidèle. » Évidemment, avec un nom aussi évocateur, le thème du restaurant s’inspire des classiques westerns. Le décor, éclectique et urbain, appuie avec discrétion les projections de films vintages et encadrent bien le magnifique tableau de Besner situé tout près du bar. « Le Saloon, c’est une atmosphère décontractée, dans un décor branché (mais sans prétention!), où les gens peuvent simplement venir prendre un verre avant un évènement ou y passer leur soirée en faisant du Saloon leur propre évènement », ajoute Philip.

Le Saloon

Qu’est-ce qu’on y mange? Un peu de tout, à très bon prix. Que ce soit pour les entrées, les plats principaux, les desserts ou les cocktails, tout est délicieux et bien relevé. Notons, dans mes favoris, leur fabuleux poulet Géréal Tao et la variété alléchante des burgers et sandwichs, le tout accompagné d’un Saloon Cesar (un Bloody Cesar épicé servi avec tomates, basilic et réduction de balsamique) ou d’un Blue Shit (un mélange de vodka et de curaçao). J’aimerais aussi vous parler des déjeuners et brunchs du weekend (aux portions presque trop généreuses!), mais j’ai déjà le ventre plein!

À surveiller en 2013? Un nouveau menu élaboré par la chef Cécile Salomé, qui conservera les classiques tout en ajoutant une douzaine de plats originaux. Suivez-les sur Facebook, où Philip s’occupe lui-même (et très bien d’ailleurs) de nous informer des nouveautés. On s’y croise bientôt, j’espère!

(Photos : Facebook)

Il est où, le problème?

Manifestation anti-mariage gay le 13 janvier 2013 à Paris (Thomas Coex, afp.com)

La mauvaise foi de centaines de milliers de bons Français aux traditions puristes contre la révolte légitime de dizaines de milliers de jeunes et moins jeunes LGBT et alliés hétéros de tous genres et la conviction d’un gouvernement socialiste prêt à ouvrir les horizons du mariage pour tous : voilà le scénario d’un joyeux film mettant en vedette des super héros en bobettes (des slips, chez vous!) glissant sur le dos d’arcs-en-ciel contre de bonnes mères de famille enragées. J’ai déjà hâte de m’installer devant ma télé avec un bol de maïs soufflé pour connaître la fin!

Parce qu’avouons-le, la situation, bien que très alarmante, frise le ridicule. Croient-ils qu’en se battant contre le droit des couples de même sexe de s’unir légalement et d’adopter des enfants, ils pourront les empêcher de s’aimer pour la vie? Ont-ils la certitude qu’en bloquant cette réforme, l’homosexualité s’éteindra enfin en France, que le Marais tombera en ruine et que tous se marieront – dans la plus pure tradition, jarretière, crinoline et gâteau en fondant inclus – et que ces jours sombres de débauche seront derrière eux ? Pour l’instant, il semblerait que oui. Mais heureusement pour nous tous, le Parti ne reviendra pas sur sa décision et la riposte se prépare déjà.

On dit que les pays européens sont, grâce à leur histoire et à leur culture, plus avancés que les pays d’Amérique. Malgré l’âge de notre peuple (la ville de Québec a fêté ses 400 ans il y a quelques années, c’est encore bien jeune!), il semble cependant que plusieurs batailles sociales aient été plus faciles à gagner ici. Je nous compte chanceux puisque les revendications des communautés LGBT ont été entendues au cours des 50 dernières années et nous ont permis d’obtenir la légalisation du mariage de couples de même sexe en 2005 à travers le pays. Considérant le portrait des droits des LGBT à travers la planète, j’imagine que cela n’est pas si mal!

Je vous souhaite tous, pour 2013, un mariage exaltant et des démarches d’adoption positives ! Parce qu’au fond, il est où, le problème?

(Photo : Manifestation anti-mariage gay le 13 janvier 2013 à Paris (Thomas Coex, afp.com))

En guise de bienvenue

Panorama du centre-ville de Montréal

En toute honnêteté, je ne sais pas par où commencer ce tout nouveau blogue.

Je devrais peut-être vous mentionner que je m’appelle Olivier, que j’ai 25 ans (presque 26, ouf!), que je demeure à Montréal depuis près de 3 ans, et que je suis originaire du Saguenay, une région au nord-est de la ville de Québec. Je pourrais aussi ajouter que je travaille à temps plein dans une agence de relations publiques, et qu’une fois la journée complétée, je fréquente l’Université de Montréal pour parfaire mes connaissances en communications. Je pourrais aussi vous dire que j’écris depuis quelques mois pour le magazine Fugues, un magazine LGBT québécois bien connu ici – l’équivalent québécois du Têtu. Mais cela ne me décrit certainement pas le mieux.

En fait, je devrais plutôt vous mentionner que je vous ferai découvrir plusieurs choses sur le Québec à travers ce blogue, à ma manière. Sorties, bons restos, commentaires et humeurs sur l’actualité du Québec, anecdotes; un tas de trucs qui pourraient vous convaincre de venir nous visiter pour quelques semaines, ce qui pourrait vous permettre de rencontrer l’homme de votre vie et de vous installer dans un de nos chaleureux tipis en peau de chevreuil (c’est une blague, nous vivons désormais dans des cabanes en bois rond, modernité oblige!). Le tout avec un mélange bien dosé d’humour, de sarcasme et de quelques bonnes expressions d’ici. Après tout, on a tous besoin d’un cousin sympathique de l’autre côté de l’Atlantique, non?

Quoi qu’il en soit, je vous invite à me suivre ici, car j’ai la certitude (au moins celle-là!) que vous apprendrez à mieux connaître les réalités et la communauté LGBT du Québec qui, avouons-le, est dynamique et bien différente de celle de la France! À bientôt!