Billet d’humeur de deux enfants d’homos

touche-pas-à-ma-mèreEn tant qu’enfants d’une mère homosexuelle et en réponse à tous ceux qui prennent la parole à notre place, nous demandons aujourd’hui à être entendus.

L’argument de la place de l’enfant semble être la principale raison du refus de l’ouverture au mariage pour tous.

Il est judicieux de se questionner sur la véracité de cet argument. Un enfant peut-il être éduqué correctement, avoir des principes et des valeurs justes et surtout peut-il être psychologiquement équilibré s’il ne grandit pas dans un modèle parental, dit classique, avec un père et une mère?

Cet argument, imparable pour les opposants au mariage homosexuel, n’est-il pas hypocrite et ne cache-t-il pas une forme d’homophobie?

Il n’est pas commode de s’assumer homophobe, c’est se révéler sectaire et non républicain. Utilisons donc ce que nous avons de plus cher pour justifier l’intolérance.

Il est sain de s’interroger et de soulever le problème de l’enfant. Ce qui est moins compréhensible est son silence et la place qu’on lui laisse dans le débat.

Il existe pourtant des personnes élevées par des couples homosexuels, enfants adoptés ou conçus au sein des ces couples, enfants de parents divorcés dont le père ou la mère est homo. Nous sommes là! Nous savons nous exprimer, nous pouvons partager notre expérience. nous avons notre propre avis.

Pourquoi ne nous entend donc pas? Pourquoi aucun acteur du débat (ou si peu) nous présente? Pourquoi quasiment aucun média n’a eu l’idée d’aller à notre rencontre? Sommes-nous placés hors du dialogue volontairement? Peut-être pourrions-nous montrer un visage heureux et sain? Ou peut-être sommes-nous instables et remplis de complexes?

Nous sommes un frère et une sœur, éduqués par une mère homosexuelle. Nous avons vécu avec un couple de femmes une grande partie de notre enfance et toute notre adolescence. Nos propres enfants grandiront avec un exemple de couple homosexuel dans la famille.

Nous n’avons aucune prétention à dire ce qui est bien ou non. Nous souhaitons juste faire savoir que l’utilisation de l’argument de l’enfant n’est pas recevable s’il est avancé par des personnes n’ayant pas eu cette expérience. Qui sont ces gens qui parlent à notre place? Qui nous représente réellement? Les pères de l’Église Catholique ? M. Copé ou M. Fillon? L’anonyme qui a un ami qui a un ami homosexuel? Les personnalités de gauche qui nous voient comme des électeurs potentiels?

Nous souhaitons faire entendre notre voix car nous nous sentons insultés, stigmatisés et marginalisés.

Sommes-nous déséquilibrés? Avons-nous eu une enfance qui fait que nous ne serons jamais stables? Avons-nous été privés d’amour? Privés de la présence d’un père? Sommes-nous incapables de savoir ce qu’est une famille hétéroparentale, incapables de reproduire un environnement familial? Avons-nous souffert de problèmes d’identité liés à la sexualité de nos parents? Sommes-nous tout simplement normaux?

Nous nous sommes évidemment posé des questions, comme tout un chacun lors de notre construction personnelle. Nous ne pensons pas l’avoir fait plus que n’importe quel autre adolescent.

L’argument du modèle homme/femme ne tient plus non plus lorsqu’on lui oppose le fait que la famille n’est pas uniquement deux adultes et un enfant. la famille, c’est aussi des oncles, des tantes, des cousins, Des grand-parents, des frères, des sœurs, voire même des amis. le cadre familial n’est pas juste trois ou quatre individus vivant reclus entre eux.

L’enfant connait donc le schéma hétérosexuel. il a forcément des échanges avec des personnes qui ont une sexualité et un environnement plus “communément admis”.

Nous avons été aimés, et toutes les personnes qui nous entourent et nous ont entourés, n’ont souhaité que le meilleur pour nous. Cela ne suffit-il pas à faire de nous des personnes épanouies?

La seule chose qui aurait pu nous déséquilibrer, et c’est l’expérience qui parle, est le regard homophobe d’une société et d’une grande partie de ceux qui la compose.

Toutefois, il est vrai que quelque chose nous différencie de quelques uns: nous avons appris la générosité, la tolérance et l’altruisme, puisque nous avons évolué en plein cœur de ces principes. Et nous sommes fiers de cette éducation.

Le réel problème est qu’un tel débat existe. Il est impensable qu’aujourd’hui encore, des personnes puissent refuser à d’autres le droit de s’aimer, de se le dire, de le symboliser par le mariage. Il est impensable de leur interdire la possibilité de transmettre cet amour à des enfants qui n’ont personne. Ce sont ces enfants les véritables perdants.

Nous demandons donc aujourd’hui que les concernés se fassent entendre, qu’on leur ouvre le débat. Que les politiques ne parlent plus pour eux, que les médias transmettent leur paroles et que celle-ci soit prise en considération par tous.

Plus nous serons à nous exprimer et à partager, plus nous serons capables d’avoir un point de vue juste. Qu’ils soient pour ou contre le mariage gay et lesbien et, par conséquent l’adoption par des homosexuels (puisqu’il n’est même plus question de PMA), vous devez les entendre, eux seuls sont à même de partager ce qu’un enfant dans cette situation ressent.

Notre avis n’est pas celui de psychiatres, de psychologues ou autres psychanalystes, intermédiaires et sujets à l’interprétation.

Nous ne sommes pas des oiseaux boiteux et argentés avec des “papa” et “maman” tatoués sur les ailes.

Les institutions religieuses, même celles se sentant intimement liées à l’histoire de la France, n’ont pas à se poser défenseurs de la famille. L’enfant a avant tout le droit «à se construire en référence» à deux personnes qui le chérissent et lui inculquent les valeurs de partage, d’amour et de solidarité.

Arrêtons de débattre et d’argumenter avec des principes et des cas de conscience. Laissons s’exprimer l’expérience et la réalité.

Anne et Thomas

15 commentaires

Merci pour ce témoignage. Merci de prendre la parole avec des mots justes. Bravo!!!

Écrit par Jedhan le 7 décembre 2012 à 18:11

VRAIMENT COOL cet article, enfin des enfants issue de l’éducation homosexuel qui osent dire les choses qu’ils ont vécue, moi je suis papa et j’ai la garde de mes enfants qui sont âgés de 19, 17, 15 ans .Ils savent que je suis homo et la preuve qu’ils ont acceptés puis qu’ils m’encouragent à vivre ma vie , c’est que bientôt ma petite famille va s’agrandir avec un changement de maison surtout avec la venue de mon compagnon dans nos vie car l’entente entre lui et eux est excellente même au delà de mes espérances. Ils seraient prêts tous les trois accepter que l’on puisse s’unir comme je l’ai pu faire avec leur mère, alors que le mariage pour tous se fasse.

Écrit par J-P17 le 7 décembre 2012 à 18:25

Vos mieux une paire de mère qu’une paire de merde.

Écrit par Anthony Boulanger le 7 décembre 2012 à 20:10

Bonjour a tous. Malgré le fait que je connaisse pas ces deux enfants, ni d’autre enfants issu d’un couple Homosexuel, je me permet de dire que je suis fière de ces deux jeunes gens. Ils ont raisons, qu’ont leurs laissent la parole, puisque cela les concernes directement, à moins que nos politiques et nos concitoyens est peur d’entendre une vérité douloureuse pour eux, “le bonheur, la joie de vivre”. J’ai eu la chance de grandir avec un oncle Homosexuel et son compagnon auprès de moi. Il m’a fait découvrir la tolérance, le respect, avoir un esprit ouvert aux échanges de point de vue. Il a été mon confident le plus intime à mon adolescence. Aube de mes premiers émois. J’ai aujourd’hui 39 ans et je sais que grâce à eux deux, j’ai un regard sur le monde acéré, vif je me fait un devoir d’aller vers les gens pour échanger, le côté relation humaine est la plus belle des choses qu’ils m’ont apporté. Paix a ton âme Daniel et je t’aime Thierry.

Écrit par Cendrine le 7 décembre 2012 à 20:11

Bravo pour ce témoignage ! Cela faisait longtemps que j’attendais une réponse d’enfant de couple homo et c’est très bien écrit ! C’est criant de vérité bravo a vous !!

Écrit par Cawole le 7 décembre 2012 à 21:04

Enfin un article censé.

Écrit par Mathi le 9 décembre 2012 à 18:06

hors sujet les gosses dont l’un des parents est devenu homo!! le gosse a bien une mère et un père, même s’il sont séparés et que l’un des deux même une vie un peu bizarre!! il n’y a pas encore de gosses avec deux pères ou deux mères, ou alors depuis trop peu de temps pour qu’on puisse juger des dégâts!

Écrit par vianney le 11 décembre 2012 à 13:17

Bien sûr qu’il y a des enfants élevés par deux pères ou deux mères et depuis suffisamment longtemps. Renseignez-vous ! J’ai vu un documentaire d’enfants d’homos déjà adultes. Penser qu’il y aurait des “dégâts” chez les enfants d’homos, c’est de l’homophobie et c’est stupide. Comme si on pouvait faire une généralité sur la manière dont les hétérosexuels élèvent leurs enfants. Les dégâts sont malheureusement beaucoup plus fréquents pour des enfants d’hétéros quand ils ne les ont pas désirés, quand ils n’ont pas les ressources humaines et la psychologie pour les accompagner et les aider à se construire. Nous, lesbiennes et homos, enfants d’hétéros, nous savons bien que les parents font du mieux qu’ils peuvent, dans le meilleur des cas. Et bien, les parents homosexuels ne sont pas différents. Ils font du mieux qu’ils peuvent. Et chaque enfant a sa propre histoire, et se construit avec. L’éducation parfaite ou le cadre idéal pour accueillir un enfant, ça n’existe pas. Ce n’est pas réél, ce n’est pas la vie.

Bravo à Anne et Thomas pour votre prise de parole. Je ne sais pas quel âge vous avez, mais je suis sûr que vos parents sont fiers de vous. Vous avez raison, votre voix est essentielle dans le débat. Continuez à la faire entendre. J’espère que d’autres vous suivront

Écrit par Baltazar le 13 décembre 2012 à 14:12

Magnifique article, magnifiques paroles !! Faites vous entendre !! Qui sont-ils pour parler à votre place ?!!

Écrit par Demox le 13 décembre 2012 à 16:56

En attendant c’est un homme et une femme qui vous ont créer, un minimum de respect à cet égard est de vigueur. Nier la procréation est le but des homosexuels, ils veulent prouver qu’elle est inutile, que le sexe c’est le plaisir, et non l’amour, l’amour est inconditionnel et non pulsionnel. L’amour c’est souffrir pour le bien d’autrui. Et comment peut on défendre la parité sociale d’un coté et la supprimer des mariages de l’autre?
Le mariage c’est le processus qui transforme la femme en mère et l’homme en père par leur union charnelle et sociale.

Écrit par citoyen le 25 décembre 2012 à 22:30

Bravo à eux d’avoir posté ce message sur la réalité des choses
Alors OUI au “mariage pour tous”

Écrit par Solaris le 27 décembre 2012 à 17:12

Je suis convaincue ( vécu oblige ) qu’il vaut mieux un bon père homosexuel qu’un mauvais père hétéro !!! et Dieu sait s ‘il y en a …

Écrit par mimine le 13 janvier 2013 à 16:18

Superbe parole Anthony et quel classe dans tes propos

Écrit par jcetnicos le 23 janvier 2013 à 15:48

bonjour,
je suis en école de journalisme et je voudrais faire un portrait sur une personne ayant été élevée par une personne homosexuelle, montrer que cela ne change rien à l’amour dont un enfant a besoin.
seriez vous partant?

Écrit par méro le 30 janvier 2013 à 0:06

Réagissez