Blanc Jimi et Les Sept Nains…

Bienvenue dans une nouvelle année et à un nouveau Jimi (ou l’inverse) – ou le même déjà usagé, mais faisons comme-ci. J’espère que vous avez tous eu de merveilleuses fêtes pleines d’excès, d’amour et de joie, et que votre réveillon de Nouvel An vous a permis d’embrasser de nombreux beaux inconnus – I know mine did. J’étais à Berlin et il aurait été impoli de s’abstenir, de plus la crainte des feux d’artifice à chaque coin de rue me forçait à chercher réconfort dans des bras musclés, mais c’est une autre histoire.

kiss3

Revenons à ces nouveaux débuts, je lance donc l’année avec l’une des mes expériences les plus terrifiantes : chers lecteurs, j’ai récemment essayé de skier !

Après avoir réalisé plus d’une voltige artistique sur la patinoire j’ai pensé qu’il était grand temps de me tourner vers les pentes enneigées. D’abord, il fallut trouver l’instructeur le plus beau et patient disponible – my beloved husband. Ensuite, il fallut s’assurer que j’étais bien équipé – bottes, skis et une combinaison rouge moulante ressemblant beaucoup à celles des beaux moniteurs locaux.

dod20120113

Trouver les chaussures fut une épreuve en elle-même. Honnêtement, j’ai presque eu besoin d’une tasse de thé et d’une sieste juste pour m’en remettre. Le fait que la première paire était un peu trop petite n’a probablement pas aidé, malgré la suggestion de mon mari sur ma capacité à m’y habituer. Mes soupçons se sont révélés exactes lors du retrait des chaussures : le rétablissement de la circulation sanguine entrainant des picotements assez long.

Tout équipé nous sommes partis pour la zone d’entrainement des enfants où nous avons appris les bases telles que le virage, l’arrêt et comment ne pas trop tomber. J’ai toutefois remarqué que les bosses et les tas de neige étaient très efficaces pour freiner rapidement. J’ai pensé aussi à prétendre une blessure grave pour attirer l’attention d’un superbe moniteur de ski blond pour voir s’il aimait jouer au docteur.

J’aurai dû m’en tenir là, cher lecteur, au lieu d’affronter ce que j’appelle maintenant « la Piste de la Mort ». Le deuxième jour, mon mari, faisant bien trop confiance à mes capacités balbutiantes, décida que j’étais apte à tenter la piste verte la plus simple de Megève : les Sept Nains.

Personally I found it far more akin to the seven circles of hell.

cooloff

J’ai donc opportunément traversé les sept étapes du deuil : L’Incrédulité – comment peut-on apprécier ce genre de choses ? Le Déni – on ne peut pas être sur une piste verte, nous avons pris un mauvais virage plus haut… La Colère – comment mon mari a-t-il pu me convaincre que j’y arriverais facilement ? Le Marchandage –promettant à tous les dieux pouvant être dans les parages d’être un bon garçon jusqu’à la fin de mes jours en échange d’une téléportation au bas des pistes. La Culpabilité – comment puis-je être un tel fardeau incapable de descendre la plus simple des pistes ? Le Fatalisme – je ne finirai jamais cette piste et je mourrais dans la montagne. L’Espoir – hurlant « est-ce enfin fini ? » à l’arrivée en m’effondrant pour embrasser le sol en signe de gratitude.

L’épreuve a duré deux heures – au lieu des trente minutes attendues – et m’a permis d’expérimenter tout une gamme d’émotions allant de la terreur pure à l’humiliation en voyant les enfants de cinq ans me dépasser à toute vitesse – most likely on their way to a black piste.

winterboys3

Le moment le plus horrible fut quand je me suis retourné et me suis rapidement dirigé vers le bas de la pente en marche arrière sans rien pour m’arrêter, sauf à choir volontairement à la renverse – which I promptly did.

Finalement, nous sommes retournés à la maison où j’avais besoin d’un vin chaud, suivi d’un peu de champagne, juste pour calmer mes nerfs. Étonnamment, j’étais de retour sur la zone d’entraînement le lendemain, prêt au combat, mais après avoir convenu avec mon mari en termes non équivoques que je ne remonterai pas sur la montagne de sitôt.

Et vous, quelles furent vos aventures de vacances mes fidèles lecteurs ? Tell me all.

N’oubliez pas de lire Snow Jimi and the Seven Dwarfs pour la version anglaise.

Pour votre dose quotidienne recommandée de Jimi : @jimifyme

Réagissez