Jimi Sur Glace…

Voici à nouveau venu la saison durant laquelle je me plains amèrement du froid auprès de tous – well those who will still listen at any rate. Cependant, cette année j’ai subi une transformation magique : aussi étrange que cela semble, je ne suis plus vraiment dérangé par le raccourcissement des jours et la baisse des températures, et ce malgré les messages malveillants de mes amis australiens détaillant leur journée à la plage par 30°. Normalement ces messages me font basculer dans une rage implacable et me pousse à leur faire regretter ce jour à jamais.

chapka

Je n’ai même pas ressenti le besoin d’une séance de shopping thérapeutique – centrée sur les accessoires hivernaux – pour atténuer ma douleur. Mais j’ai déjà probablement assez de foulards, vestes, manteaux, bonnets, gants et chapkas pour tenir un hiver nucléaire : mon porte-manteau est à un châle de s’effondrer sous leur poids combiné – or at the very least going on strike due to unreasonable working conditions; it is French after all.

Bien sûr, il y a plusieurs explications raisonnables pour mon ambivalence cette année. Tout d’abord, il ne fait pas trop froid, avec seulement quelques jours où mes oreilles me brûlent et mes yeux pleurent – usuellement une constante à cette époque de l’année. Je ne vais pas tenter le sort en insistant car nous serons ensevelis sous la neige et les blizzards Arctiques et tout le monde me maudira pour avoir porté la guigne.

woodsboy

Il se pourrait aussi que je passe beaucoup trop de temps dans mon appartement pour souffrir du temps qu’il fait dehors – enveloppé dans ma couette, a cocooner avec mes chatons fidèles tandis que je rattrape mes dernières séries américaines. Mais j’imagine que cela ne contribue pas au maintien de ma silhouette filiforme, tandis que je continue à manger des crêpes et à boire des chocolats chauds. J’ai essayé de négocier avec les chats pour nous aventurer dehors ensemble, mais ils ont tendance à refuser de servir de manchons – sadly they’re not as obedient as I’d like.

Une autre justification possible pour mon comportement décidément atypique pourrait être l’alcool – étant donné ma consommation importante de cette merveilleuse substance intoxicante ces derniers temps. C’est la saison de toutes sortes de soirées festives, qui exigent un minimum d’ébriété de peur de passer pour un rabat-joie.

priape-winter-catalog

Enfin, il y a aussi la perspective effrayante d’avoir commencé à m’adapter au climat de l’hémisphère Nord. Je suis sûr que cela ferait honte à mon héritage australien – please don’t tell or they may revoke my citizenship. Non que je n’aime plus la chaleur, mais ma tolérance pour le froid semble renforcée.

Bien entendu, dès que la température sera descendue encore de quelques degrés, et que je me réfugierais dans le métro pour éviter un décès précoce dans les rues gelées, alors je reviendrai à mes tirades passées : déplorant mon choix de quitter mes racines tropicales et maudissant le jour où j’ai été séduit par un beau Français.

Le temps nous le dira et gardez-vous au chaud!

N’oubliez pas de lire Jimi Frost pour la version anglaise.

Pour votre dose quotidienne recommandée de Jimi : @jimifyme

Un commentaire

Trahison! Tu abandonnais ta nationalite, Jimi! J’ai fier de toi… Bravo!

Écrit par cyNic le 6 décembre 2012 à 13:53

Réagissez