Les parrains de la famille

Nommée en juin dernier, la secrétaire d’État chargée de la famille est sortie de l’ombre. Pour la protection des familles homoparentales, ce département ministériel est évidement clef. L’an prochain, si la gauche sort victorieuse des élections présidentielle et législatives, c’est là, ainsi qu’à la Chancellerie, que s’écriront les réformes attendues : ouverture du mariage, de l’adoption, ouverture de l’insémination par don anonyme, élargissement de la délégation d’autorité parentale.

Le 20 octobre, les militants LGBT ont vu la secrétaire d’État présider au lancement d’une future Fondation de la famille, en s’affichant en tête de son comité de parrainage. Ce nouvel instrument, engendré par le CLER, Familles de France et les associations familiales catholiques, trois fleurons de la droite rétrograde qui ont en commun leur rejet du couple homosexuel, leur ignorance de l’homoparentalité et leur opposition à la contraception, porte ainsi le sceau du gouvernement.

Ce faisant, la secrétaire d’État ne donne pas seulement le signal politique qui achèvera de désespérer tous ceux qui ont cru aux promesses de Nicolas Sarkozy. Elle décerne aussi à cette future fondation un label puissant, qui l’inscrit parmi les partenaires privilégiés de l’exécutif. Cette démonstration a suscité les réactions inquiètes de l’Inter-LGBT, des Enfants d’Arc-en-ciel, et de l’APGL, qui l’a rencontrée. Il y a en effet de quoi s’inquiéter. Membre du gouvernement, elle a conclu son intervention (ici en vidéo) en exprimant le souhait que la future fondation fasse l’objet d’une reconnaissance d’utilité publique.

Rien de très rassurant, donc, pour la protection des familles homoparentales. Dès lors, comment ne pas lire avec anxiété l’annonce faite par la même secrétaire d’État le même jour, devant les états généraux du droit de la famille : “Je présenterai le 3 novembre prochain, au Conseil national de soutien à la parentalité, un plan d’accompagnement parental. Je ne rentrerai pas dans le détail de toutes les mesures que je vais lancer mais permettez d’en présenter une : la préparation au mariage civil. J’ai la conviction que mieux préparé le mariage civil permettra d’éviter les trop nombreux divorces.

Voilà donc un gouvernement qui s’engage dans un plan “d’accompagnement parental” dont l’objet est de mieux préparer les mariages pour éviter les divorces. Terrible démonstration d’ignorance. Quelle vision de la famille faut-il avoir pour penser que c’est en réduisant le nombre de divorces que l’exercice de la responsabilité parentale s’améliorera ? Les enfants naissent majoritairement en dehors du mariage. Les recompositions familiales sont de plus en plus nombreuses. Et les difficultés que connaissent ces familles sont provoquées par le retard pris par le droit sur la société. C’est bien le droit, et non les familles, qu’il faut changer aujourd’hui. Quant à l’homoparentalité, elle n’a sans doute pas droit de cité dans ce Conseil national de soutien à la parentalité : privés de mariage, les parents de même sexe sont également privés de divorce.

Quelles sont donc les convictions de celle que Nicolas Sarkozy a choisie pour le portefeuille de la famille ? Le hasard a voulu qu’en mars dernier, trois mois avant sa nomination, une télévision locale organise un débat entre la future secrétaire d’État et le secrétaire national du PS chargé de la famille, à l’occasion de la décision du Conseil constitutionnel sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Éclairant.

En s’égarant sur Internet, on découvre dans une publication versaillaise qu’en 2007, avant de faire un passage au cabinet de Christine Boutin, celle qui assure aujourd’hui la communication de la secrétaire d’État permettait déjà à Béatrice Bourges, marraine de la future Fondation de la famille, de promouvoir son engagement contre l’homoparentalité.

Dans 175 jours, les Français décideront.

Un commentaire

Bonjour,

Je me permets d’intervenir sur votre article uniquement parce qu’il concerne la présidente d’honneur du comité d’administration de la Fondation pour la famille.

Laissez moi vous dire qu’à force de fermer le débat comme vous le faites au nom de votre partisanerie, de votre militantisme lgbt au ps et de votre propagande homosexuelle sur les sites qui sont dédiés à cela, vous préparez une ambiance triste à vivre au quotidien, qui n’a plus grand chose avec l’origine de toute chose de bon sens pour l’individu en société.

Mais si j’ose la question, dites Gilles B.M, tout ce que vous faites, au fond vous le faites pourquoi ? ou à cause de quoi ?

Je vous remercie d’avance de nous parler un peu de vous et de vos motivations personnelles au sein d’HES et sur Têtu au lieu de nous faire des exposés sur les défenseurs de la famille ou des traités édifiants sur la GPA (pour ne parler que de cela) …

En attendant, à mon avis, vous, qui ne faites rien pour les autres mais bien tout pour vous-mêmes et ceux qui pensent comme vous, vous, qui ne faites rien contre le cancer, rien pour les femmes, rien pour les collèges et écoles françaises, rien pour la famille en France, vous n’êtes ni plus ni moins

qu’un plouc!

Merci à vous de l’entendre à défaut de le comprendre.

Écrit par HSP le 1 novembre 2011 à 13:31

Réagissez