Outre-mers & pairs

Une actualité des homophobies & du sida du point de vue des minorités ethniques en France ultramarine & hexagonale, par David Auerbach Chiffrin

Manifestation Guerlain (Le malabar souriant, l’avocat, le juif)

20101030-79

15h15-17h00, Paris, 68, avenue des Champs-Élysées – Animé ! Fabrice et moi arrivons en retard. J’ai quelque trois cents exemplaires d’un tract établissant le parallèle entre Guerlain et Dieudonné, ciblant celui-ci après sa tentative de récupération de la semaine dernière (composé, au recto, de notre communiqué de presse de la veille, intitulé : «Guerlain : non. Dieudonné : non.» et, au verso, d’une chansonnette de ma composition sur l’événement, intitulée : «Chanson contre Guerlain, LVMH, Le Pen et Dieudonné»). Ce tract reçoit un accueil mitigé : quelques félicitations, appuyées mais discrètes, une dizaine de personnes mécontentes, pas discrètes du tout (l’une passe à l’acte et me pousse vivement, deux ou trois tentent de m’arracher un ou plusieurs tracts voire le paquet entier, une ou deux déchirent ostensiblement celui que je viens de leur donner). Que pensent les personnes silencieuses ? Le tract est pris et lu avec intérêt par la plupart. L’argument de la nécessaire convergence des luttes contre tous les racismes et de leur incompatibilité avec Dieudonné en raison de son soutien au Front national et au négationniste Faurisson passe difficilement auprès des personnes mécontentes, qui se répètent en demandant que nous cessions de tracter. Quelques menaces (un malabar souriant me dit que des jeunes vont me violenter mais c’est surtout lui qui a l’air de vouloir le faire et qui essaie d’ailleurs de me prendre mon paquet de tracts). Une dame se présentant comme proche des organisateurs de la manifestation m’assure qu’après sa tentative de la semaine dernière, ils lui ont fait savoir qu’il serait frappé s’il tentait de revenir cette semaine. Une autre personne, le malabar souriant je crois, me dit que cet événement là est pour les noirs et que les juifs aussi ont leurs événements (auprès de cette personne, l’argument de la convergence des luttes ne passe pas du tout). Un mec passablement allumé, se présentant précisément comme juif, opine dans son sens et me dit d’aller devant TF1 mais de laisser les noirs entre eux ici. Joies du communautarisme… qui nous donnent à penser, à Fabrice et moi, que Tjenbé Rèd a définitivement bien fait de venir manifester et de le faire avec ce tract. Ces résistances démontrent en effet la nécessité d’avoir affirmé de façon claire et nette l’argument précité, afin de ne pas permettre que ce mouvement soit sali par une ambiguïté face au «noirisme». Finalement, un représentant d’une association organisatrice nous demande de cesser la distribution du tract (enfin, il nous le suggère : c’est un avocat…) en faisant valoir la volonté des organisateurs de maîtriser le discours tenu lors de la manifestation. L’argument est plus ou moins audible mais dans la tension croissante et face aux menaces de plus en plus manifestes de deux ou trois personnes qu’aucun service d’ordre ne contrôle, il peut suffire – entre cent et deux cents tracts ayant par ailleurs déjà été distribués. Le message a été lancé, ménageons les messagers ! Un rendez-vous téléphonique est en outre négocié à cet instant. Nous nous concentrons ensuite sur la tenue de la banderole et la reprise des slogans de l’organisation à l’aide de notre mégaphone, ce qui nous vaut ses remerciements exprimés à l’aide du sien. Nous quittons le rassemblement avant dispersion en raison d’obligations personnelles. Prochain rassemblement prévu le samedi 20 novembre de 15 heures à 18 heures. Photo du haut : À gauche, la banderole de Tjenbé Rèd, tenue par David et Fabrice (au milieu, un beau gosse dans la foule) – Photo du bas : Les flacons de parfums Guerlain jetés par les participant/es. – DAC/TR

20101030-78

Réagissez