Outre-mers & pairs

Une actualité des homophobies & du sida du point de vue des minorités ethniques en France ultramarine & hexagonale, par David Auerbach Chiffrin

Bertrand Cantat de retour sur scène : noir désir

stop-violences-femmes

Il y a quelque chose des jeux du cirque à voir Bertrand Cantat de retour sur scène cette nuit à Bègles. Oh, le bel assassinat ! Ah, la belle femme battue ! On va pouvoir le voir ! La foule jadis allait aux exécutions avec entrain, elle y va toujours d’ailleurs là où cela reste possible. La foule aime le sang, la merde, la barbarie, elle aime la contempler, s’en repaître, s’en alimenter. Noir Désir : tout un programme, c’est déjà marqué dedans. La foule va voir l’assassin, l’homme qui a tué, l’homme qui peut tuer, le vrai homme, le vrai mâle, le vrai mec. C’est une forme de téléréalité, c’est le rêve de TF1 : la merde et le sang en direct, pour vous, rien que pour vous public chéri ! Je ne sais pas ce qui est le plus indécent, le plus obscène, de voir l’homme qui a tué une femme à mains nues se produire en public ou de voir le public se précipiter le voir. Sans oublier les acteurs économiques et politiques qui se taisent, qui sont complices, qui prennent leur marge, se font leur fric. Sans oublier le groupe Eiffel. Stop Murder Music, en quelque sorte. Ils auraient pu tout aussi bien prendre une femme au hasard dans le public et lui éclater la gueule sur scène, la violer avant, se rouler dans son sang, en asperger le public, bravo, bravo, tout le monde aurait dit bravo, c’est les jeux du cirque, c’est génial, c’est formidable. Plus de cent femmes meurent chaque année sous les coups de leur conjoint en France, au nom de cet honneur du mâle qui justifie aussi les violences homophobes. Cette nuit à Bègle, Bertrand Cantat leur a rendu un hommage barbare.

Réagissez