Outre-mers & pairs

Une actualité des homophobies & du sida du point de vue des minorités ethniques en France ultramarine & hexagonale, par David Auerbach Chiffrin

Les travailleurs du sexe et les usagers de drogue ont le choix : fichéEs ou chasséEs !
25 juillet 2010 - Un bénévole de Tjenbé Rèd lors d’une action de prévention contre le VIH et le sida à Paris, bois de Vincennes

25 juillet 2010 - Un bénévole de Tjenbé Rèd lors d’une action de prévention contre le VIH et le sida à Paris, bois de Vincennes

Tjenbé Rèd demande que la XIXème conférence internationale contre le sida ne se tienne pas aux États-Unis d’Amérique, comme prévu en 2012, si l’entrée de leur territoire restait interdite aux travailleuses et travailleurs du sexe ou aux personnes usagères de drogues.

À l’initiative notamment du Change (Center for health and gender equity, Centre pour la santé et la parité, États-Unis d’Amérique), Tjenbé Rèd exprime cette demande dans une lettre adressée à l’IAS (International AIDS Society, Société internationale contre le sida) par 113 organisations à travers le monde dont, en France, Aides ou le Strass (Syndicat du travail sexuel).

Ces organisations soulignent notamment que même si un système de visas dérogatoires était accordé, comme envisagé, la législation actuelle des États-Unis d’Amérique ferait peser un risque inacceptable sur les personnes concernées car elle impliquerait la constitution d’un fichier de ces personnes.

Alors que les États-Unis d’Amérique seront, en 2012, en pleine campagne électorale, un tel fichier serait susceptible d’être instrumentalisé par certains candidats voire communiqué, en cas d’alternance politique, aux pays d’origine des personnes concernées avec tous les risques juridiques, sanitaires ou sociaux que l’on pourrait alors imaginer.

Un concert du chanteur homophobe Sizzla saute en Belgique… pas encore à Paris, pas encore à Montpellier

sizzla_messancy_20100825_homophobieSIZZLA devait se produire mercredi 25 août au Rider’s Park à Messancy en Belgique [1]. Nous apprenons aujourd’hui que ce concert a été annulé, sans qu’il soit possible d’imputer cette annulation à la campagne internationale Stop Murder Music (SMM) ou à l’un des revirements dont ce chanteur jamaïcain de reggae dancehall est coutumier (en mai 2008, son entourage avait ainsi accusé la campagne SMM d’être responsable de l’annulation de plusieurs concerts alors qu’il avait plus trivialement été refoulé aux frontières en raison d’un problème de visa ; en février 2010, le site Reggae.fr annonçait l’annulation de nouveaux concerts en évoquant «sa récente arrestation en Jamaïque pour des coups de feu» alors que le site Reggaefrance.com l’annonçait le lendemain soir à l’anniversaire de Robert MUGABE, président du Zimbabwe, également signalé pour propos homophobes et racistes) [2].

Pour mémoire, en 1998, SIZZLA appelait à «brûler les Blancs en Jamaïque». En 2001 notamment, il fredonnait par exemple : «Butte les pédés, mon gros flingue va tirer». Quelques semaines après avoir supposément signé, en 2007, le Reggae Compassionate Act (RCA) censé mettre un terme à de tels propos, il interprétait le titre «Nah Apologize» («Aucune excuse aux enculés») [2].

SIZZLA reste devoir se produire au Festi Plaisir, rue Fontaine-de-la-Banquière à Montpellier (Hérault), jeudi 23 septembre à 20h00, ainsi qu’à l’Élysée Montmartre, Paris, vendredi 24 septembre 2010 à 19h00 (pour rappel, cette salle accueillait pourtant la soirée Que Fuerte Paris Gaypride Party, samedi 26 juin). TJENBÉ RÈD appelle de nouveau les associations montpelliéraines et parisiennes de défense des droits humains à la mobilisation !

Droit de réponse au Midi libre suite à son article du 18 août 2010 sur Sizzla et les «lobbies gays»

20100713-82Paris, lundi 23 août 2010

_

Messieurs,

Conformément à l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, nous vous demandons de publier le présent droit de réponse dans les meilleurs délais.

En effet, dans un article daté du 18 août 2010, intitulé «Les lobbies gays font annuler le concert» [1], vous tenez notamment les propos suivants : «Dans leur croisade contre les artistes jamaïcains ayant pu chanter des propos homophobes, les lobbies gays viennent d’obtenir une nouvelle victoire : le concert de Sizzla, qui devait se produire samedi soir aux arènes de Palavas, vient d’être annulé par les organisateurs./ Si l’artiste chantait en 2001, «butte les pédés, mon gros flingue va tirer», il s’était ensuite engagé par écrit, en 2007, comme d’autres artistes de l’île des Caraïbes dans le collimateur, à ne plus fredonner ce genre de titres sulfureux et tout à fait condamnables lors de leurs tournées. Et à notre connaissance, Sizzla n’a jamais été pris en défaut./ Les associations gays et lesbiennes avaient déjà fait annuler un de ses concerts en novembre dernier à la salle Victoire 2 estimant – sans réelle preuve – qu’il ne respectait pas ses engagements. L’association Tjenbé Rèd, injoignable hier, avait invité depuis le début de l’été à faire pression sur la municipalité de Palavas pour ne pas qu’elle accueille l’artiste, tout comme elle a dressé une liste noire d’une dizaine de chanteurs contre lesquels elle fait tout pour annuler leurs dates.»

Il nous paraît nécessaire de revenir sur plusieurs inexactitudes.

1°) L’objectif de la campagne internationale Stop Murder Music, dont Tjenbé Rèd assure une coordination en France, n’est pas d’annuler des concerts mais d’amener certains chanteurs de reggae dancehall à cesser leurs appels au meurtre et à signer et respecter le Reggae Compassionate Act [2].

2°) Rien ne prouve que le concert de Sizzla prévu le 21 août ait été annulé en raison du communiqué publié le 5 par plusieurs associations de défense des droits humains [3]. La biletterie de ce concert rencontrait-elle le succès espéré ? En 2008, l’entourage de Sizzla avait déjà accusé la campagne Stop Murder Music d’être responsable de l’annulation de plusieurs concerts, alors que ce chanteur avait plus trivialement été refoulé aux frontières en raison d’un problème de visa ! [4] [5]

3°) Les violations du Reggae Compassionate Act par Sizzla, entre 2007 et 2010, sont parfaitement documentées, contrairement à ce que vous indiquez en reprenant de manière surprenante une propagande intéressée [6].


Sincèrement,

DROIT DE RÉPONSE AU MIDI LIBRE SUITE À SON ARTICLE DU 18 AOÛT 2010 SUR SIZZLA ET LES »LOBBIES GAYS» FR

Communication n°TR10INT11D

Paris, lundi 23 août 2010

Lettre recommandée avec accusé de réception

_

Messieurs,

Conformément à l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, nous vous demandons de publier le présent droit de réponse dans les meilleurs délais.

En effet, dans un article daté du 18 août 2010, intitulé «Les lobbies gays font annuler le concert» [1], vous tenez notamment les propos suivants : «Dans leur croisade contre les artistes jamaïcains ayant pu chanter des propos homophobes, les lobbies gays viennent d’obtenir une nouvelle victoire : le concert de Sizzla, qui devait se produire samedi soir aux arènes de Palavas, vient d’être annulé par les organisateurs./ Si l’artiste chantait en 2001, «butte les pédés, mon gros flingue va tirer», il s’était ensuite engagé par écrit, en 2007, comme d’autres artistes de l’île des Caraïbes dans le collimateur, à ne plus fredonner ce genre de titres sulfureux et tout à fait condamnables lors de leurs tournées. Et à notre connaissance, Sizzla n’a jamais été pris en défaut./ Les associations gays et lesbiennes avaient déjà fait annuler un de ses concerts en novembre dernier à la salle Victoire 2 estimant – sans réelle preuve – qu’il ne respectait pas ses engagements. L’association Tjenbé Rèd, injoignable hier, avait invité depuis le début de l’été à faire pression sur la municipalité de Palavas pour ne pas qu’elle accueille l’artiste, tout comme elle a dressé une liste noire d’une dizaine de chanteurs contre lesquels elle fait tout pour annuler leurs dates.»


Il nous paraît nécessaire de revenir sur plusieurs inexactitudes.

1°) L’objectif de la campagne internationale Stop Murder Music, dont Tjenbé Rèd assure une coordination en France, n’est pas d’annuler des concerts mais d’amener certains chanteurs de reggae dancehall à cesser leurs appels au meurtre et à signer et respecter le Reggae Compassionate Act [2].

2°) Rien ne prouve que le concert de Sizzla prévu le 21 août ait été annulé en raison du communiqué publié le 5 par plusieurs associations de défense des droits humains [3]. La biletterie de ce concert rencontrait-elle le succès espéré ? En 2008, l’entourage de Sizzla avait déjà accusé la campagne Stop Murder Music d’être responsable de l’annulation de plusieurs concerts, alors que ce chanteur avait plus trivialement été refoulé aux frontières en raison d’un problème de visa ! [4] [5]

3°) Les violations du Reggae Compassionate Act par Sizzla, entre 2007 et 2010, sont parfaitement documentées, contrairement à ce que vous indiquez en reprenant de manière surprenante une propagande intéressée [6].

Sincèrement,

Pour Tjenbé Rèd

(Association afro-caribéenne de lutte contre les homophobies, les racismes & le sida),

le président,

David AUERBACH CHIFFRIN

06 96 05 24 55 (Antilles)

06 10 55 63 60 (Hexagone)

+596 6 96 05 24 55 (international call to French West Indies)

+33 6 10 55 63 60 (international call to France Mainland)

Télécopie : 01 76 50 59 79

contact@tjenbered.fr

[1] 18 août 2010 – Midi libre – Les lobbies gays font annuler le concert

http://www.midilibre.com/articles/2010/08/18/MONTPELLIER-Les-lobbies-gays-font-annuler-le-concert-1349680.php5

http://www.tjenbered.fr/2010/20100818-99.pdf


[2] 31 décembre 2004 – OutRage! – Stop Murder Music : Dancehall Dossier

http://www.petertatchell.net/popmusic/Dancehall-Dossier-FINAL.pdf [en]

http://www.tjenbered.fr/2004/20041231-99.pdf [en]

[3C] 21 août 2010 – Campagne Stop Murder Music – Sizzla à Montpellier : «Butte les pédés, mon flingue va tirer» ?! – Communiqué de presse n°TR10INT11C

http://www.tjenbered.fr/2010/20100821-00.pdf

[3B] 19 août 2010 – Campagne Stop Murder Music – Un concert du chanteur homophobe Sizzla annulé – Communiqué commun Tjenbé Rèd | OutRage (London) | Couleurs gaies (Centre LGBT Metz) – Communiqué de presse n°TR10INT11B

http://www.tjenbered.fr/2010/20100819-00.pdf [fr]

http://www.tjenbered.fr/2010/20100819-09.pdf [en]

[3A] 5 août 2010 – Campagne Stop Murder Music – Sizzla en France : «Butte les pédés, mon flingue va tirer» ?! (Les signataires alertent les associations de défense des droits humains en Languedoc-Roussillon) – Communiqué commun Girofard (Centre LGBT Bordeaux) | Tjenbé Rèd | OutRage! (Londres) | Couleurs gaies (Centre LGBT Metz) – Communiqué de presse n°TR10INT11

http://www.tjenbered.fr/2010/20100805-00.pdf [fr]

http://www.tjenbered.fr/2010/20100805-09.pdf [en]

[4M] 4 juin 2008 – Tjenbé Rèd propose le dialogue aux amateurs de dancehall (RDV samedi 7 juin à 16 heures, Paris) – Communiqué de presse n°TR08POL11

http://www.tjenbered.fr/2008/20080604-00.html

[4L] 1er juin 2008 – Droit de réponse aux propos tenus par Monsieur Collin dans la lettre quotidienne du magazine Têtu le 29 mai 2008 – Communication n°TR08POL10C

http://www.tjenbered.fr/2008/20080601-00.html

[4K] 31 mai 2008 – Suite aux propos tenus par Benoît Collin, directeur de publication du site Internet Reggaefrance.com, dans la lettre quotidienne du magazine Têtu le 29 mai 2008 – Communication n°TR08POL10B

http://www.tjenbered.fr/2008/20080531-00.html

[4J] 29 mai 2008 – Interdit d’espace Schengen, Sizzla laisserait dire qu’il aurait «décidé» d’annuler sa tournée – Communiqué de presse n°TR08POL10A

http://www.tjenbered.fr/2008/20080529-10.html

[4I] 29 mai 2008 – Sizzla décide d’annuler la suite de sa tournée en France (Tjenbé Rèd venait pourtant de trouver un terrain d’entente avec lui) – Communiqué de presse n°TR08POL10

http://www.tjenbered.fr/2008/20080529-00.html

[4H] 28 mai 2008 – Sizzla réaffirmerait son intention de respecter le Reggae Compassionate Act (Le principal obstacle à son retour en France serait ainsi levé) – Communiqué de presse n°TR08POL09

http://www.tjenbered.fr/2008/20080528-00.html


[4G] 18 mai 2008 – Deux autres concerts du chanteur raciste et homophobe Sizzla sont annulés (La mobilisation doit s’intensifier à Ramonville et à Montpellier où la FNAC continue à tirer profit de son commerce de mort) – Communiqué de presse n°TR08POL08

http://www.tjenbered.fr/2008/20080518-00.html

[4F] 17 mai 2008 – Lettre à Rama Yade, secrétaire d’État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’Homme, au sujet de la tournée du chanteur Sizzla – Communication n°TR08POL07

http://www.tjenbered.fr/2008/20080517-00.html

[4E] 16 mai 2008 – Les concerts de Sizzla à Mulhouse et Villeurbanne sont annulés mais ce chanteur raciste et homophobe reste attendu aux Pays-Bas, en Allemagne et en France malgré une interdiction d’entrer dans l’espace Schengen (Tjenbé Rèd et la LSVD, deux associations européennes de défense des droits humains, lancent un appel à mobilisation autour des valeurs européennes) – Communiqué de presse n°TR08POL06

http://www.tjenbered.fr/2008/20080516-00.html

[4D] 14 mai 2008 – Sizzla entame sa tournée à Montreuil : alors que la Journée mondiale contre l’homophobie arrive, cette tournée sera l’occasion de contrer l’homophobie sur le terrain – Communiqué de presse n°TR08POL05

http://www.tjenbered.fr/2008/20080514-00.html

[4C] 13 mai 2008 – Lettre ouverte aux maires et aux responsables de salles de concerts accueillant la tournée de Sizzla en France – Communication n°TR08POL04B

http://www.tjenbered.fr/2008/20080513-01.html [fr]

http://www.tjenbered.fr/2008/20080513-01.pdf [fr]

http://www.tjenbered.fr/2008/20080513-05.pdf [en]

[4B] 13 mai 2008 – Scandale Sizzla : seize organisations écrivent aux maires et aux responsables de salles (Par ailleurs, Tjenbé Rèd appelle à un rassemblement pacifique ce mercredi soir à Montreuil et demande l’interdiction de la tournée pour trouble à l’ordre public) – Communiqué de presse n°TR08POL04A

http://www.tjenbered.fr/2008/20080513-00.html

[4A] 9 mai 2008 – Alerte homophobie ! Buju Banton et Sizzla, deux chanteurs homophobes, en tournée en France ! (Sizzla, le «butteur de pédés», est à Montreuil ce mercredi 14 mai) – Communiqué de presse n°TR08POL03

http://www.tjenbered.fr/2008/20080509-00.html

[5C] 30 juin 2005 – Inter-LGBT – Annulation du Garance Reggae Festival – Les organisateurs doivent en assumer la responsabilité

http://www.inter-lgbt.org/spip.php?article453&var_recherche=garance

http://www.tjenbered.fr/2005/20050630-89.pdf

[5B] 15 juin 2005 – Sizzla se «réserve le droit de dire ce qu’il ressent» : les associations LGBT maintiennent leur demande d’annulation de ses concerts (Dans une déclaration sibylline, le chanteur de reggae nie le caractère homophobe de ses chansons et s’abstient de condamner les violences homophobes et transphobes) – Communiqué de presse n°ANA2005/12

http://www.tjenbered.fr/ana/2005/20050615-00.html

[5A] 9 juin 2005 – Sizzla en France : «Pan ! Pan ! Les pédés doivent être butés» ? (La Fédération des CGL demande l’annulation de cinq concerts de Sizzla, chanteur de reggae violemment homophobe. Elle exige à tout le moins qu’il reprenne à son compte la déclaration écrite par Capleton le 7 juin) – Communiqué de presse n°ANA2005/10

http://www.tjenbered.fr/ana/2005/20050609-00.html

[6] Liste des violations du RCA par Sizzla en Europe et en Jamaïque :

Sizzla Kalonji (nom de scène de Miguel Collins) a violé à plusieurs reprises le Reggae Compassionate Act (RCA) qu’il aurait signé le 15 avril 2007, ce qu’il a d’ailleurs nié.

A) Le 11 mai 2007, le label VP Records distribue par le biais de son site Internet une compilation nommée «Bill Back», produite par le label E.21st Production, incluant une chanson extrêmement violente de Sizzla, «Head Out».

http://www.soulrebels.org/dancehall/d_history_2007.htm

http://www.tjenbered.fr/2008/20081218-59.pdf

B) Le 13 juin 2007 à Berlin (Allemagne), le 17 ou le 18 juin 2007 à Paris (France), le 20 juin 2007 à Milan (Italie), le 22 juin 2007 à Bari-Modugno (Italie), le 30 juin 2007 à Zurich (Suisse) et le 3 juillet 2007 à Bordeaux (France), Sizzla a interprété son titre Nah Apologize (Aucune excuse aux enculés), qu’il qualifie lui-même «d’hymne». Moins de deux mois après sa supposée signature du RCA, il a ainsi prouvé qu’il n’avait aucune intention de respecter cette signature. Lorsqu’il s’agissait de chanter le refrain, il tendait son micro vers la foule, évitant ironiquement d’énoncer lui-même le terme «battyman» («enculé»), laissant la foule le chanter pour lui.

http://www.soulrebels.org/dancehall/d_history_2007.htm

http://www.tjenbered.fr/2008/20081218-59.pdf

18 juin 2007 – Vidéo de l’interprétation de Nah Apologize à Paris

http://www.dailymotion.com/video/x2b7um_sizzla-paris-nah-apologize-to-no-ba_music

http://www.tjenbered.fr/2007/20070618-89.pdf

23 juin 2007 – Sizzla Kalonji il 22 Giugno a Bari

http://www.soundsystem.it/vai.asp?articleID=131

http://www.tjenbered.fr/2007/20070622-99.pdf

3 juillet 2007 – Vidéo de l’interprétation de Nah Apologize à Bordeaux

http://www.dailymotion.com/video/x2h3nf_sizzla-bordeaux-3-07-07_music

http://www.tjenbered.fr/2007/20070703-99.pdf

Les paroles de Nah Apologize :

http://www.soulrebels.org/dancehall/u_lyrics_nah4.htm

http://www.tjenbered.fr/2007/20070613-69.pdf

C) Le 7 juillet 2007 à Cologne (Allemagne), Sizzla a tenu des propos homophobes lors d’une conférence de presse à l’issue du Summerjam Festival : «Si vous fondez une famille, vous respectez votre mère. Si vous allez avec d’autres hommes, vous jetez sa réputation dans la boue. […] Un homme doit décider s’il veut être une merde ou un homme digne de ce nom – c’est aussi simple que cela».

http://www.queer.de/news_detail.php?article_id=8467

http://www.tjenbered.fr/2008/20080320-99.pdf

D) Le 25 décembre 2007 en compagnie de Capleton, Sizzla a violé le RCA en interprétant notamment To The Point lors du GT Taylor Christmas Extravaganza, en Jamaïque.

http://www.youtube.com/watch?v=6fgiG2oz7ac

http://www.tjenbered.fr/2007/20071225-89.pdf

http://www.stopmurdermusic.ch/reitschule/stopmurdermusic/Texte/CapletonbreaksRCA-Video.pdf

http://www.tjenbered.fr/2008/20081104-89.pdf

Les paroles de To The Point :

http://www.soulrebels.org/dancehall/u_lyrics_to_the.htm

http://www.tjenbered.fr/2007/20070617-99.pdf

E) Le 31 mars 2008, l’association allemande LSVD a rapporté ce témoignage d’un acteur d’une association jamaïcaine de défense des droits humains, selon lequel Sizzla a continué à interpréter sa Murder Music en Jamaïque : «Depuis qu’il a signé le RCA, Sizzla a interprété des chansons litigieuses lors de concerts locaux. Il n’énonce plus les paroles homophobes à strictement parler mais tend le micro à la foule qui les énonce alors… Je crois bien que cela revient au même.»

http://www.lsvd.de/fileadmin/pics/Dokumente/Homosexualitaet/Sizzla_FactSheet.pdf

http://www.tjenbered.fr/2008/20080331-99.pdf

F) Le 26 février 2010 au Zimbabwe, Sizzla a nié avoir signé le RCA : The Sunday Mail : »J’ai cru comprendre que vous auriez signé des documents qui vous interdiraient d’interpréter des paroles homophobes quand vous êtes en Europe. Quelle est votre position sur l’homosexualité ?» – Sizzla : »Les exhortations et les enseignements du Très-Haut disent qu’il n’est pas bon pour l’homme d’être avec un autre homme ni pour la femme d’être avec une autre femme. Aucun de nous ne serait ici sans l’union d’un homme et d’une femme. La famille est une unité de base de la société. Je soutiens la famille royale constituée d’un roi et d’une reine. Je n’ai signé aucun papier, c’est juste un agrément que j’ai avec certains promoteurs – c’est leur système. Je ne peux pas m’arrêter de chanter ces chansons parce qu’il y a un message dans ces chansons que les gens devraient entendre.»

http://www1.sundaymail.co.zw/inside.aspx?sectid=4928&cat=3

http://i-reggae.blogspot.com/2010/02/after-10-years-king-sizzla-finally-made.html

http://www.tjenbered.fr/2010/20100227-89.pdf


G) Le 1er avril 2010 en Afrique du Sud, Sizzla a déclaré (relevé et traduction par Tjenbé Rèd) :


(EN) Mail & Guardian (0’58): … What do you think about South Africa’s Constitution [which protects LGBT people’s rights]? In your lyrics sometimes you speak about homosexuality, and… you don’t seem to be a big fan of it, and some people have actually called you homophobic.

Sizzla (1’16): Well I speak the truth and it will cost what it will. Here is the right and the wrong and [some people will] continue to do the wrong still. Constitution is for the leadership of the people and I do believe the people should be led in the ways of the Most-High, the principles of the Most-High, and we as African people, Black people, we are spiritual people. We are of the Bible. And there is principles of the Bible that we do abide by. So… if the Constitution in South Africa gives authority for homosexuals and lesbians… Well, it is from those who are ruling but I think it will be way aware to step away from the principles of the Most-High and leading the people because we see homosexuals and lesbians as corruption. So… I’m not criticize but just speak the truth… I’m not with homosexuals and lesbians. I think it is really corrupted and it’s corrupting our youth after day… and it’s… stepping from the part… we… of life… of the right justice…


(FR) Mail & Guardian (0’58) : … Que pensez-vous de la Constitution sud-africaine [qui garantit les droits des personnes LGBT, lesbiennes, gaies, bi & trans] ? Dans vos chansons, vous parlez d’homosexualité de manière péjorative et certains vous ont qualifié d’homophobe.

Sizzla (1’16) : Je dis la vérité, quel qu’en soit le prix. Il y a ce qui est juste, il y a ce qui est mauvais, certaines personnes choisissent le mauvais encore et encore. La constitution d’un pays devrait guider le peuple et je crois que le peuple devrait être guidé dans les voies du Très-Haut, selon les principes du Très-Haut. En tant qu’Africains, en tant que Noirs, nous sommes un peuple spirituel. Nous sommes de la Bible. Et il y a des principes de la Bible qui nous engagent. Donc, si la Constitution sud-africaine donne une légitimité aux homosexuels et aux lesbiennes… Eh bien, c’est le choix des dirigeants mais je pense que rien ne devrait éloigner le peuple des principes du Très-Haut car nous voyons les homosexuels et les lesbiennes comme de la corruption. Donc… je ne critique pas la Constitution mais je dis juste la vérité. Je ne suis pas avec les homosexuels et les lesbiennes. Je pense que c’est [sic] vraiment corrompu et que cela [sic] corrompt notre jeunesse. Cela [sic] nous écarte de la vie… de la droite justice…


http://www.mg.co.za/multimedia/2010-03-31-rhetorical-rasta

http://www.tjenbered.fr/2010/20100408-99.pdf

Sauf indication contraire, les images publiées sont la propriété de Tjenbé Rèd et, à ce titre, elles peuvent être téléchargées et reproduites, à condition de citer la source, Tjenbé Rèd. Dans l’hypothèse de leur utilisation sur Internet, veuillez établir un lien vers notre site. Pour toute précision supplémentaire, vous pouvez envoyer un courriel au responsable du site : contact@tjenbered.fr. – Droit de retrait : Pour ne plus recevoir de telles communications, veuillez simplement adresser le message «Non merci» à notre adresse électronique tjenbered@hotmail.fr.

Mieux nous connaître (Lettre de Tjenbé Rèd aux organisations membres du conseil d’orientation de l’Inter-LGBT, suite à leurs réunions des 20 février et 20 mars 2010)

20100725-97Fort-de-France, jeudi 19 août 2010

_

Chères Amies, Chers Amis,

Vous le savez, la période estivale est souvent propice à l’examen des questions restées en suspens.

Samedis 20 février et 20 mars derniers, vous avez bien voulu étudier la candidature de l’antenne francilienne de notre association au conseil d’orientation de l’Inter-LGBT (Interassociative lesbienne, gaie, bi & trans). Au terme de ce premier examen, cette candidature a obtenu treize voix sur vingt-et-une, soit 61,9% des suffrages exprimés. Pour autant, une question de quorum délicate à saisir a entraîné son rejet en raison de sept votes blancs constatés par ailleurs. Si nous respectons bien évidemment cette décision, issue du secret des urnes et du respect de vos règles de fonctionnement, elle reste pour nous un sujet d’étonnement et d’interrogation.

Étonnement, car la solidarité interassociative est une valeur cardinale pour Tjenbé Rèd qui a ainsi, entre le 1er octobre 2008 et le 31 décembre 2009, cosigné 14 communications avec 69 autres associations ou organisations non-gouvernementales (total dédoublonné) et 410 personnes physiques (total non-dédoublonné), parmi lesquelles de nombreuses personnes investies dans la vie associative. La liste de ces associations, au nombre desquelles figurent certaines d’entre vous dont Amnesty International ou Solidarité internationale LGBT, ainsi que l’Inter-LGBT elle-même, figure en annexe [1].

Interrogation, car les questions que vous avez posées à nos représentantEs les 20 février et 20 mars et les réponses apportées par nos représentantEs ne laissaient guère apparaître de points de désaccords. Nos prises de notes figurent pour rappel en annexe : elles peuvent évidemment différer des vôtres, auquel cas nous vous serions reconnaissant de bien vouloir nous préciser en quoi [2].

Pour ces raisons, nous estimons que le rejet de notre candidature est pour l’essentiel le fruit des sept votes blancs constatés, dont l’interprétation semble relativement claire puisque le vote blanc est à l’évidence un vote de doute et d’interrogation. Cette analyse nous semble renforcée par le fait que les huit votes exprimés à son encontre ne paraissent fondés sur aucun argument clairement exprimé lors de nos échanges des 20 février et 20 mars.

Nous en tirons comme conclusion que Tjenbé Rèd n’a sans doute pas suffisamment pris le soin de vous expliquer ses démarches ou de vous approcher avant de vous présenter sa candidature. Il est vrai que l’amplitude de notre objet social et la diversité de nos actions nous en ont peu laissé le temps mais pour autant, il nous faut bien constater aujourd’hui que nous aurions dû prendre ce temps.

C’est pourquoi nous vous proposons de mieux faire connaissance.

Dans les prochains mois, sauf avis contraire de votre part, les membres de notre conseil d’administration vous approcheront pour vous proposer des entretiens à votre convenance ou des rencontres avec vos bénévoles. Nos administratrices et administrateurs pourront alors vous exposer les démarches de notre association, recueillir vos observations puis établir une synthèse qu’ils et elles vous communiqueront.

Nous voudrions ainsi prendre enfin le temps de mieux vous connaître et de poser les bases de nouvelles démarches communes : nous avons tant à partager.

Solidairement,

Lettre au secrétaire d’État chargé des transports et aux acteurs concernés au sujet des agressions homophobes dans les transports en commun
Lieu de l’agression du 6 juillet 2010 (derrière le bus de la compagnie Athis Car, on distingue le pont piétonnier qui conduit de la gare RER de Choisy-le-Roi - à droite de la photographie - jusqu’à l’arrêt de bus)

Lieu de l’agression du 6 juillet 2010 (derrière le bus de la compagnie Athis Car, on distingue le pont piétonnier qui conduit de la gare RER de Choisy-le-Roi - à droite de la photographie - jusqu’à l’arrêt de bus)

Fort-de-France, vendredi 6 août 2010

À l’attention de :

Monsieur Dominique BUSSEREAU, secrétaire d’État chargé des transports, auprès du ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat ;

Monsieur Jean-Paul HUCHON, président du Stif (Syndicat des transports d’Île-de-France), président du conseil régional d’Île-de-France ;

Monsieur Michel DERBESSE, président du conseil de surveillance de la société Groupe Keolis S.A.S., société-mère de la compagnie Athis Car ;

Monsieur Thierry COLLE, directeur général du réseau Optile (Organisation professionnelle des transports d’Île-de-France) ;

C/c :

Monsieur Daniel DAVISSE, maire de Choisy-le-Roi, conseiller général du Val-de-Marne ;

Monsieur Laurent CATHALA, député de la deuxième circonscription du Val-de-Marne, maire de Créteil, président de la communauté d’agglomération de la plaine centrale du Val-de-Marne ;

Monsieur François-Michel GONNOT, député de la sixième circonscription de l’Oise, conseiller municipal de Noyon, membre titulaire du Conseil national des transports, membre de la section française de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (2010) ;

Monsieur Patrick BLOCHE, député de la septième circonscription de Paris (circonscription du siège national de l’association Tjenbé Rèd), maire du XIème arrondissement de Paris

_

Monsieur le Ministre,

Messieurs les Députés,

Monsieur le Maire,

Messieurs les Présidents,

Monsieur le Directeur général,

Mardi 6 juillet vers 17h15, un administrateur de TJENBÉ RÈD, association de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida, était victime d’une agression devant la station de bus ATHIS CAR de la gare RER de Choisy-le-Roi, puis à l’intérieur d’un bus de cette compagnie [1].

Un individu avait commencé à lui adresser des remarques homophobes dans la gare RER, avant de le poursuivre dans le bus et de l’y frapper jusqu’à lui laisser une marque à l’œil. Notre administrateur s’est défendu et l’un des conducteurs présents s’est interposé avant qu’une équipe de sécurité «n’intervienne»… en entamant une sorte de conversation avec l’agresseur, alors que la victime s’éloignait dans son bus, en état de choc, seule au milieu de passagers témoins mais inactifs ! [2]

Les conducteurs ainsi que l’équipe de sécurité semblent avoir eu pour seule préoccupation de rétablir le trafic ; ils n’ont pas interrogé la victime sur son état de santé ; ne lui ont pas proposé d’appeler la police ou un médecin ; n’ont pas appréhendé l’agresseur ; n’ont pas aidé la victime à collecter les témoignages des personnes présentes.

Face à ce qu’il faut bien considérer comme un ensemble de manquements aux plus élémentaires devoirs qu’il conviendrait d’observer en pareil cas, TJENBÉ RÈD souhaite connaître la politique que vous préconisez en matière de traitement des agressions homophobes dans les transports en commun.

TJENBÉ RÈD, qui s’est rendue sur place et a constaté qu’une campagne de sensibilisation à la propreté était affichée dans les bus concernés [3], souhaite également vous proposer de mettre en œuvre une campagne spécifique de sensibilisation contre les agressions homophobes dans les transports en communs. Un projet d’affichette, qui n’a d’autre objet que de proposer une première piste de réflexion, est annexé ci-après [4].

TJENBÉ RÈD, qui a proposé à son administrateur de l’accompagner dans le dépôt d’une plainte pour agression et non assistance à personne en danger, souhaite par ailleurs savoir dans quelle mesure vous pourriez accompagner ou soutenir cette démarche. Cette précaution serait d’autant plus nécessaire que la victime a de nouveau, le 22 juillet, croisé son agresseur sur les lieux de l’agression (eh oui, l’homophobie est aussi un sport de proximité).

Enfin, TJENBÉ RÈD souhaite savoir dans quelle mesure vous pourriez plus largement soutenir la victime et notamment la recevoir afin de lui signifier votre soutien.

En l’espoir d’une réponse rapide et restant évidemment à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, nous vous prions, Monsieur le Ministre, Messieurs les Députés, Monsieur le Maire, Messieurs les Présidents, Monsieur le Directeur général, d’agréer l’expression de nos salutations républicaines.

Tjenbé Rèd signe la plateforme pour l’égalité des droits

collectifegalitedesdroits2004En ce jour anniversaire de la nuit du 4 août 1789 C.E. (ère commune), marquée par l’abolition des privilèges,

Suite au lancement le 31 mars 2004 C.E. de la Plate-forme pour l’égalité des droits par le Collectif pour l’égalité des droits, fondé le 28 février 2004 C.E. sous l’égide des Panthères roses et notamment de Xavier Prieur-Adjadj [1],

Et suite à la relance de cette démarche le 26 mai dernier à l’initiative des Panthères roses, sous la dénomination et la formulation nouvelles de plateforme Égalité des droits quelle que soit la nationalité, la couleur de peau, la religion, l’état de santé, le sexe, la sexualité ou l’identité de genre [2],

TJENBÉ RÈD salue la relance de cette démarche et souhaite s’y associer en lui apportant sa signature. Ce faisant, l’association afro-caribéenne de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida comprend :

1°) Concernant le préambule de la plateforme nouvelle (§§2 et 4, «Nous exigeons maintenant du gouvernement et des parlementaires… Nous exigeons du Parlement…») : qu’il est nécessaire de placer la majorité présidentielle française face à ses responsabilités, alors que son programme électoral prévoyait, en 2007, des avancées significatives sur plusieurs des points figurant aujourd’hui parmi les revendications exposées par la plateforme ;

2°) Concernant le préambule de cette plateforme (§3, «Notre exigence d’égalité s’inscrit dans une lutte globale pour l’obtention de droits égaux pour touTEs, quels que soient leur nationalité, leur couleur de peau, leur religion, leur état de santé, leur sexe, leur sexualité et leur identité de genre») : que la liste des critères sur laquelle repose l’exigence d’égalité ainsi visée n’est pas exhaustive et que cette égalité comprend et implique notamment une égalité indépendante de l’apparence physique, laquelle est plus large que la couleur de peau et inclut notamment la «race» supposée, comme le souligne l’universitaire Pap N’DIAYE dans son ouvrage «La condition noire» (2008 C.E.) ;

3°) Concernant la revendication n°3 de la plateforme («L’accès aux PMA pour touTEs») : que l’orientation sexuelle ne saurait en aucun cas constituer un facteur discriminant en matière de PMA (procréation médicalement assistée) ;

4°) Concernant la revendication n°5 («Le don du sang accessible à touTEs») : qu’il est nécessaire d’amener l’État français à mettre en œuvre une politique de santé publique permettant de réduire la surprévalence au VIH observée parmi les HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) et de revenir sur les conditions regrettables ou litigieuses dans lesquelles les dons du sang des hommes qui se déclarent homosexuels sont aujourd’hui refusés.