Nos combats LGBT

Par Christine Le Doaré, présidente du Centre LGBT Paris de 2005 à fin juin 2012

Les 3 militantes de FEMEN enlevées, retrouvées

2055140_femen-afp_650x3001-300x138Il semblerait qu’elles aient été retrouvées, c’est ce qu’indique quelques lignes sibyllines sur leur page Facebook. Mais ce n’est pas pour cette raison qu’elles n’ont pas été soutenues, aucune des ONG, ni site en ligne contactés n’étaient informés du fait ou hypothèse qu’elles avaient été retrouvées.

Elles ne bénéficient pas, malgrès ce qu’elles subissent, de campagne de mobilisation internationale ni de manifestation de soutien… Un silence, de plomb.
Les grandes ONG de défense des Droits Humains et les sites de pétition en ligne qui mobilisent en quelques clics les internautes du monde entier n’ont-ils jamais connaissance des informations relatives aux violences et enlèvements dont elles sont victimes ou ces faits les laissent-ils de marbre ?

La nuit de vendredi dernier, Alexandra Shevchenko, Anna Bolshakova et Yana Zhdanova, trois militantes de la branche ukrainienne des FEMEN, ces femmes qui protestent torse nu contre le tourisme sexuel, parce qu’elles espèrent ainsi attirer l’attention des médias et donc s’assurer une relative protection, ont été kidnappées à Donetsk en Ukraine, là où allait avoir lieu le match de l’Euro 2012 contre la France.
Le 21 mai dernier, elles avaient confisqué quelques instants la coupe de l’Euro 2012.

Il faut le rappeler, pour l’occasion, les mafias avaient ouvert de nombreux « bordels » en ville. Elles protestaient contre une prostitution industrielle et mafieuse qui accompagne les compétitions de football.

Des membres des FEMEN avaint déjà été enlevées et torturées, notamment en décembre dernier après avoir défié l’autorité du président Biélorusse Alexander Lukashenko et relâchées en pleine nuit et en pleine forêt.

The Guardian, The Independant et en France l’Express.fr, le Parisien et 20 minutes ont couvert l’évènement samedi, après qu’au siège de l’organisation à Kiev, des responsables aient contacté les médias pour les informer de l’enlèvement de leurs camarades et de leur profonde inquiétude.
Sur le site Internet de FEMEN, il est porté que les hommes qui les ont enlevées pourraient appartenir aux forces de sécurité ukrainiennes ou aux services spéciaux.

Pourtant depuis, rien, le slence, aucune campagne de soutien n’avait été lancée. Puis il semble qu’elles aient été retrouvées ; heureusement pour elles car elles ne semblent pas dignes de la solidarité internationale.

Dans ce qui semble être l’indifférence la plus générale, ces femmes qui militent non sans danger, dans des pays où la condition des femmes est tout de même peu enviable, la violence et les viols domestiques sont des fléaux nationaux, où le tourisme sexuel et la prostitution mafieuse est d’une extrême violence, ont pour se protéger, attiré l’attention des médias en organisant des happenings torses nus.

Il faut croire que même cet artifice ne les protège pas, certes les médias s’y intéressent parce que c’est nouveau et pour certains « provocateurs », mais elles peuvent être enlevées, torturées, sans que les grandes ONG ou sites de pétitions en ligne ne s’émeuvent.
Pourquoi ?

Certes ces féministes se battent contre les industries du sexe, le tourisme sexuel et la prostitution, terrain dangereux et pas si consensuel qu’on veut bien le croire.

Certes, les mafias et le KGB ne sont jamais étrangers aux sévices qu’elles subissent, pourtant, ce ne sont pas les seules dans cette situation et contre les nouvelles lois homophobes présentées devant le Parlement Ukrainien, les sites en ligne se sont rapidement mobilisés.

Certes leurs méthodes sont peu orthodoxes, encore que, pourquoi les femmes devraient-elles cacher ou d’ailleurs exhiber leurs seins pour attirer l’attention ou à l’inverse avoir la paix ?!

Personnellement, je trouve ce criminel silence de plomb insupportable. Cette fois, elle semblent hors de danger, à l’avenir, suivons leur actualité pour le cas échéant, contacter les ONG de défense des Droits Humains, les sites de pétition en ligne et leur demander d’agir sans tarder.



Un commentaire

Merci de donner de leurs nouvelles. Je m’inquiétais justement de n’avoir aucune info. Et merci de relayer tous ces combats ! …

Écrit par Xine le 19 juin 2012 à 20:31

Réagissez