Nos combats LGBT

Par Christine Le Doaré, présidente du Centre LGBT Paris de 2005 à fin juin 2012

Le 6 mai, deux candidats, un seul espoir véritable de changement !

vote 2
Deux candidats, un seul espoir de changement vraisemblable, dimanche prochain, aucune hésitation !

Les résultats du 1er tour de la présidentielle avec ce score inquiétant du Front National, puis un entre- deux tours exécrable de surenchères dans la stigmatisation et l’exclusion de l’autre, surtout s’il est étranger, malade et différent, tous les indices d’extrême-droitisation sont réunis, aussi, n’est-il pas très conseillé de trop tergiverser au second tour.

A moins de vouloir vivre dans une société où les groupes et catégories sociales seront dressés les uns contre les autres dans une misère sociale toujours plus grande, ne reste plus qu’à voter pour éviter un nouveau quinquennat du président sortant, le premier ayant été désastreux pour le contrat social autant que pour l’égalité des droits et les libertés. Le savoir vivre ensemble est à réinventer.

Plus que partisan ce constat est réaliste. Il suffit de faire le bilan de l’action de M. Sarkozy d’une part et d’autre part de consulter les programmes des deux finalistes. L’un donne des gages aux plus conservateurs et propose une société où les marchés spéculent en maîtres, où les diverses communautés sont clivées ; l’autre promet une plus grande justice sociale, conforte l’idéal républicain de laïcité, et veut instaurer un véritable dialogue avec les femmes et les hommes de ce pays. L’un prend des engagements clairs en faveur de l’égalité des droits LGBT et de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, l’autre ne fait part d’aucune ouverture ni de volonté de progrès dans ces domaines.

Pendant ce dernier quinquennat, contrairement aux promesses d’ouverture de la campagne de 2007, les droits des personnes LGBT n’ont que très peu évolué, mais les droits d’autres minorités non plus, et même les droits des femmes, tout de même la moitié de l’humanité, ont stagné, sinon régressé.
Les personnes LGBT ne se limitent pas à leur orientation sexuelle ou identité de genre et ne se déterminent pas seulement en fonction de la question de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe !

Néanmoins, à la veille du premier tour, nous avons tous fait le bilan du peu de droits obtenus au cours du dernier quinquennat http://blogs.tetu.com/nos_combats_lgbt/2012/04/21/presidentielles-2012-remettre-le-contrat-social-et-l%e2%80%99egalite-des-droits-au-coeur-de-nos-vies/ : quelques mesures distillées au compte-goutte et des batailles épuisantes face à des polémiques indécentes comme dans l’affaire de l’identité sexuelle abordée dans les Manuels de SVT ou celle de la diffusion du film d’animation contre les discriminations « Le Baiser de la lune » etc. Notre pays a perdu depuis longtemps la première place des pays progressistes, obtenue en 1999 avec l’adoption du PaCS.

François Hollande quant à lui, a promis de prendre les textes que nous attendons depuis fort longtemps. Ni les LGBT, ni les femmes qui attendent l’égalité réelle, ni les minorités discriminées ne sont des citoyen-ne-s de seconde zone. Alors, cet espoir de changement que porte François Hollande en notre nom à toutes et tous, personnes de progrès, devra se concrétiser rapidement, il faudra rester mobilisés pour nous en assurer.

Le 6 mai, pour le rétablissement du contrat social, pour instaurer l’égalité et pour plus de libertés, nous voterons pour le seul candidat porteur d’espoir de changement.



Réagissez