Nos combats LGBT

Par Christine Le Doaré, présidente du Centre LGBT Paris de 2005 à fin juin 2012

Gays et lesbiennes boucs émissaires de l”Entente parlementaire”

Assemblée NationaleLes gays et les lesbiennes boucs émissaires des parlementaires UMP, c’est reparti !

Année présidentielle oblige, l’Entente parlementaire crée en 2006 est remise au goût du jour par Messieurs Nesme, député de Saône-et-Loire, et de Legge, sénateur d’Ille-et-Vilaine.

Et cette fois, ce sont 82 députés UMP et Nouveau Centre confondus, qui déclarent solidairement et publiquement leur opposition au mariage et à l’adoption pour les personnes homosexuelles dans un « Manifeste pour la défense du droit fondamental de l’enfant d’être accueilli et de s’épanouir dans une famille composée d’un père et d’une mère”.

Ces députés prétendent aussi que « … la République doit exclure toutes les formes de communautarisme ». Nous sommes bien d’accord, et bien loin de toute revendication communautaire, nous refusons le contrat d’union civil proposé dés 2007 par Nicolas Sarkozy mais jamais accordé, parce qu’il ne concerne que les seules personnes homosexuelles.

Nous voulons nous inscrire dans l’universel, aussi, revendiquons-nous l’ouverture du mariage aux couples de même sexe afin que chaque couple, indifféremment de son orientation sexuelle, puisse choisir le statut qui convient à son projet de vie.

Nous l’avons dit en fin de semaine dernière, à l’occasion de l’incident sur le « mariage gay » de Libération, et le redisons aujourd’hui, d’autant plus fort que l’Entente Parlementaire semble s’être quelque peu dégonflée depuis 2006, car alors elle était signée de 174 députés : les parlementaires conservateurs peuvent bien se réveiller, ils n’atteindront pas leurs scores d’antan, la société évolue, une majorité de français sont désormais favorables à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

Si l’égalité des droits est un long chemin, nous ne sommes plus très loin d’aboutir et de rejoindre les pays progressistes qui ne se sont pas écroulés depuis que les gays et les lesbiennes peuvent s’y marier et adopter des enfants.

Non, nous ne serons pas les boucs émissaires de la politique française et souhaitons rassurer les députés de l’Entente parlementaire sur le fait que nous ne sommes en rien responsables de la perte du tripe AAA ni d’aucun autre cataclysme économique ou social auquel est confronté le pays.



2 commentaires

tss… faudrait abolir cette opression qu’est le mariage, tout comme la famille, la vie des femmes et lesbiennes ne pourraient qu’en être mieux !

Écrit par mYsandriste le 17 janvier 2012 à 0:43

euh, je ne vois pas bien en quoi abolir le mariage pourrait améliorer la vie des lesbiennes ?!!! à ma connaissance, elles ne sont pas mariées ou peu pour être plus exacte … c’est une question d’égalité des droits, de choix et de liberté : nous ne sommes plus au moyen-âge, chacun-e fait ce qu’il-elle veut, ne jamais vivre en couple, vivre sans amour, vivre dans le polyamour, vivre en concubinage, vivre pacsé-e, vivre marié-e … toutes et tous doivent pouvoir accéder aux mêmes choix, et tant mieux si cette évolution profite aux statuts du mariage et du divorce et les adapte à notre siècle … personnellement je veux avoir le choix de ne pas me marier, pacser, vivre en couple… le choix, comme et quand je veux et que ce soit vrai pour toutes et tous … avec de tels raisonnements, on peut aussi décider qu’il faut abolir tout statut, tout droit et obligation de couple ou de famille et pourquoi pas l’amour tant qu’on y est ? et décider pour les autres et à leur place aussi ?

Écrit par Christine Le Doaré le 17 janvier 2012 à 0:52

Réagissez