Aire de départ

couv-47mod“Juillet 2000, je vais avoir 15 ans dans quelques semaines, et, je ne le sais pas encore mais cet été va être celui des premières fois.

Comme tous les ans, mes vacances débutent par aller passer quelques jours chez mes grands-parents près d’Orléans mais cette année je vais prendre le train seul. Me voici donc à attendre sagement, sur un banc de la gare d’Austerlitz, le départ de mon train. Je suis face à un des nombreux kiosques à journaux et fixe l’affiche faisant la publicité de la sortie du dernier numéro de TÊTU. Ces affiches font mon bonheur depuis quelques mois car, comme certains se rincent l’œil sur les mannequins pour sous-vêtements de magazines d’achats par correspondance, moi je fantasme sur ses modèles qui font la une de ce magazine qui m’attire et me trouble.

Et si je l’achetais…comme ça…pour voir ?! Les questions se bousculent alors: et si je croise quelqu’un qui me connais ? Que va penser le vendeur quand je vais lui tendre le magazine, témoin de mes troubles d’adolescent ? Et s’il refuse de me le vendre parce que je suis trop jeune ? Mais je sens vraiment qu’il faut que je me lance. Je ne suis pas parisien et je ne croiserai plus jamais ce vendeur.

J’entre dans le kiosque, rouge et honteux comme un enfant qui s’apprête à voler un paquet de bonbon, et repère où se trouve le tas de magazines. Heureusement TÊTU n’est pas rangé avec les revues pornographiques (comme c’est encore trop souvent le cas!!). Je ressors de la boutique faisant mine de recevoir un coup de fil. J’attends qu’il n’y ait plus de client à l’intérieur pour entrer à nouveau. Non seulement je passe plusieurs fois devant TÊTU avant de le prendre mais je le cache entre deux autres magazines avant d’aller à la caisse. Le vendeur n’a bien entendu fait aucune remarque, ni jeté le moindre regard sur ma personne. J’ai rangé rapidement l’objet de toutes les convoitises dans mon sac. Je venais, pour la première fois, par cet acte (comme un rite de passage) de m’avouer à moi-même que j’étais homosexuel.

J’ai lu TÊTU dans les toilettes du train, comme un adolescent qui assume d’acheter mais pas encore de lire devant tout le monde, fasciné par l’ensemble des articles et l’ouverture d’esprit des journalistes… Et excité par les modèles et les quelques pages sur le porno. Il m’a été impossible de le prendre avec moi chez mes grands-parents de peur d’être découvert, donc je l’ai jeté dans la poubelle du train, mais persuadé que ce magazine allait me faire grandir.

Ce même été, je suis parti quelques semaines en Espagne, sans mes parents, et je suis tombé amoureux d’un garçon, pour la première fois. J’étais TÊTU pour de bon et j’aimais ça.”

Martin, 26 ans

2 commentaires

Je te lis pour la première fois avec grand plaisir et aimerais en savoir plus sur cette première fois espagnole… Je t’embrasse et espère lire ton prochain article au détour d’une page…

Écrit par Jery le 14 mai 2012 à 20:49

oh c trop cute! Jattends les autres articles avec impatience. Bisous

Écrit par amandine le 18 mai 2012 à 10:59

Réagissez