Le comment du pourquoi

bancC’est drôle comme la vie peut basculer en une fraction de seconde. C’est dimanche, on est allongé, la tête bien calée, sur les cuisses de son compagnon qui vous caresse le visage, quand tout à coup, sans crier gare, il vous annonce qu’il vous quitte. Ah. Votre cœur se met alors à choir vertigineusement, sans fin, comme Alice dans le terrier du lapin et absolument rien à quoi se raccrocher. On tourne une nouvelle page, on a perdu presque trois ans de sa vie et voilà, on se remet sur le marché des célibataires, de plus en plus grand et de plus en plus désabusé, sans le moindre entrain. Une véritable nouveauté pour moi qui n’avais jamais connu de période de solitude affective. Pour se rassurer, on se dit que cette carence amoureuse durera le temps d’un RTT sentimental mais peu à peu, le voici qui se transforme en congés à durée indéterminée. Comme quoi les CDI existent encore. Deux ans de célibat (pour le moment). Une éternité qu’on ne voit pas venir. Et quand on a dépassé trente ans, soit l’âge auquel on devient un senior dans le monde gay, la perspective d’aimer à nouveau disparaît aussi sûrement que les électeurs du Modem. Et ce n’est pas faute d’essayer, d’avoir tenté de découvrir de nouvelles personnes, de raconter sa vie un nombre de fois incalculable, de donner des chances à tire l’arigot pour se retrouver dans la même impasse qui se prolonge à chaque fois un peu plus. Et à laquelle on finit par s’habituer.

Ce blog, ces invertissements, vont ainsi relater toutes les (més)aventures que j’ai traversées depuis ce jour de liberté rendu sans consentement, souvent avec ironie et un brin de provocation. Car j’en ai rencontré du monde, j’en ai vécu des situations rocambolesques, désopilantes ou déstabilisantes ! Jusqu’à finir par avoir l’impression de devenir le héros d’un sitcom (qui n’aurait aucun spectateur et sans rires préenregistrés). Tout en forgeant mon regard sur mes semblables, renforçant mes opinions sur un milieu qui vous broie autant qu’il vous accueille. Et en remontant le fil de ma propre histoire, personnelle et universelle à la fois. Bienvenue dans mon monde. Vous voilà invertis. Pardon, avertis. Et que la (dé)fête commence !

8 commentaires

Etant dans la même situation que toi ( même si j’ai 10 ans de moins et que je suis une fille), je me reconnais très bien dans ton article, qui m’a fait verser ma petite larme … Emouvant.

Écrit par Miss11 le 14 juin 2012 à 13:14

c’est prometteur… j’ai l’impression de lire mon histoire!

Écrit par RoyLapoutre le 14 juin 2012 à 14:28

30 ans, l’âge auquel j’ai rencontré mon premier mari et le seul que j’ai plus de 10 ans après…

Écrit par Julien le 14 juin 2012 à 21:43

Même avec tant de solitude, vous avez trouvé les Bancs à De Haan !! BRAVO !! Je suis sûr que les petits belges ont d’autres surprises pour vous ! Rendez vous sur le banc en question samedi soir (23h) !

Écrit par Marc le 14 juin 2012 à 23:30

j’ai 48, ans, je suis dans une relation et puis…il y a tout juste 2 semaines je rencontre un mec de mon âge et sans crier gare mon coeur c’est emballé et mes sentiments enflamés…histoire sans suite car impossbile mais qui prouve que des sentiments amoureux très forts peuvent revenir à n’importe quel âge.

Écrit par Claude le 15 juin 2012 à 8:25

nice page very happy with what youve done

Écrit par Perilous Peter le 20 août 2012 à 15:47

Bonjour cher homme mystérieux,
Je ne sais comment aborder ce message… il est une réaction globale à tous tes billets. Une insomnie m’a, de posts facebook en liens divers et variés, amené à te lire la nuit dernière… j’ai tout dévoré d’un coup! Ce que tu laisses entrevoir de ta vie est incroyable de similitudes avec la mienne… tes mots si bien choisis décrivent parfaitement ce que j’aurais aimé savoir écrire… et puis ce mot que j’adore: outrecuidance… Ce n’est rien, qu’une image sans doute, mais je suis complètement séduit en fait!… je vais donc avoir l’outrecuidance ou plutôt l’audace de te demander de me contacter? J’espère te lire très vite….
- Tonio

Écrit par Tonio le 20 août 2012 à 22:43

… et ça c’est un bout de moi: http://etonymologie.blogspot.ch/

Écrit par Tonio le 20 août 2012 à 23:24

Réagissez