Mon fils est gay, je suis un papa heureux

plage“Je suis un papa heureux.
Quand j’ai rencontré sa maman, ma compagne depuis 22 ans, nous avons tout de suite pensé à concrétiser notre amour naissant par la naissance d’un bébé. Elle ne pouvait parait-il pas avoir d’enfant, et voilà, ça s’est fait tout seul, et notre bébé est là.
En bonne santé, souriant, merveilleux.
Et il a grandi, en bonne santé, souriant, merveilleux.
Mon fils est un garçon, (pardon un homme) exceptionnel. Je conteste au monde entier le droit d’insinuer le contraire.
Nous étions bien un peu tracassés par le fait qu’il ne “fréquente” pas ou peu de copines. Personnellement, j’ai toujours pensé que chaque chose vient en son heure. Pas de dictature du sexe politiquement correct. J’ai toujours aussi voulu lui foutre la paix et le laisser vivre sa vie.
Un jour que nous étions tous les deux au resto, il choisit de m’en parler.
Juste par la bande, disant qu’il n’aurait pas d’enfant…
J’ai mis quelques minutes à comprendre.
Et puis viennent les émotions. Tout d’abord: la fierté. J’étais l’élu, celui qui fut choisi pour confier le coeur de l’intime. Quelle preuve de confiance! J’en ai été extrêmement flatté, je le suis encore. Merci et encore merci de m’avoir fait confiance.
Ensuite, l’angoisse et la déception.
Déception minime, de n’avoir plus de descendance, ni de petit fils à cajoler plus tard.
Mais surtout l’angoisse de voir cet enfant que j’ai chéri, pour le confort duquel j’aurais tout sacrifié, s’engager sur ce chemin semé d’embûches et d’insultes, voire de maltraitantes (eh oui, c’est courant) qu’il lui faudra endurer toute sa vie, et dont je ne pourrai le protéger.
J’aime mon fils et il me le rend bien. Je veux pour lui le meilleur, le plus simple et le plus de confort.
Alors je voudrais simplement témoigner, pour tous les gars et toutes les filles qui me lisent :
Certains ont dû se battre pour être reconnus;
D’autres pas;
Mais en tant que père, je dois mener aussi une bataille, contre les projets que j’ai eu pendant tant d’années, contre l’entourage, qui considère toujours (en 2013!) un garçon gay comme un simple enculé, et contre tous les préjugés en général.
En me mettant dans la confidence, mon fils, ma raison de vivre, m’a aussi confié une part du fardeau qui l’attend.
J’ai été élévé dans l’idée que tout se passerait simplement. Je n’étais pas prêt, sa maman non plus, mais nous aimerons toujours notre fils.”

Éric

15 commentaires

Merci Éric pour ce très beau témoignage, une vraie bouffée de bonheur! Si tous les pères pouvaient être comme vous, et en particulier le mien… Votre fils a vraiment beaucoup de chance de vous avoir!
Bonne continuation à vous deux sur ce “chemin semés d’obstacles”, mais j’ai envie de dire que rien n’est vraiment insurmontable lorsqu’on est heureux tels que vous semblez l’être tous deux.

Écrit par Hajaxxx le 11 mars 2013 à 15:12

bravo pour cette tolérance et cette leçon de vie. aujourd’hui avec mes parents ça se passe bien mais se n’était pas le cas quand je leur ai dis l’amour pour les garçons.

Écrit par mickey le 11 mars 2013 à 15:14

Très joli témoignage.
Bravo monsieur

Écrit par Cwo85 le 11 mars 2013 à 15:16

merci de ce temoignage!! si seulement tout les parent pouvaient réagir a peu prés comme toi ca serais génial!

Écrit par stiti66 le 11 mars 2013 à 15:16

merci Eric pour ce très beau témoignage …..

Écrit par ben le 11 mars 2013 à 15:24

Le ciel s’éclaircit de jour en jour pour les homos. Un jour, vous n’aurez plus à avoir peur pour votre enfant. Ce jour là, nous aurons gagné la bataille pour l’égalite, et ce sera en partie grâce à vous. Merci.

Écrit par Adelph le 11 mars 2013 à 15:38

On doit pleurer ? Ou bien s’extasier devant cet amour paternel ? C’est mignon, certes. Mais honnêtement à quoi servent ce genre de témoignages qui ne semblent avoir d’autre but que de faire pleurer dans les chaumières ? Strictement à rien. D’une part parce que c’est à cause de ces récits que l’on empêche l’homosexualité de se “normaliser” étant donner que ça continue à relever de l’exceptionnel et non pas du commun. D’autre part, l’utilité absolument nulle d’étaler sur la place publique l’amour que voue un père à son fils même si ce dernier est homosexuel (merci de l’accepter, c’est trop gentil). Genre “je suis heureux qu’il le soit”. Il n’y a aucune raison d’être fier d’être homosexuel, ou en l’occurrence d’être fier que son enfant le soit. Les hétéros sont-ils fiers d’être hétéros ? Non. On peut se prétendre fier d’une chose quand on la choisit et non pas quand elle s’impose à nous.
Tout ça pour dire que, parfois, Têtu, en publiant ce genre de témoignage, tape trop dans l’eau de rose et l’homosexualité de bas étages ce qui contraste nettement avec d’autres articles qui ont fait, font et feront clairement avancer la cause homosexuelle.

Écrit par Rems le 11 mars 2013 à 16:01

oh putain le rabat joie. C’est bon détend avec ton discours ultra militant plus royaliste que le roi. La réalité c’est que tous les parents n’acceptent pas l’homosexualité de leur enfants, je pense que ce témoignage fait encore exception
et oui c’est touchant, donc va faire des actions coup de poing dans ton coin et laisse les gens témoigner de leur réalité

Écrit par JPhil le 11 mars 2013 à 16:09

Merci pour ce témoignage.
Je n’avais pas vraiment idée de ce qui se tramait dans la tête des mes parents lorsque je leurs ai annoncé la nouvelle. Je pense malgré tout que dans beaucoup de cas, les parents gardent leur instinct naturel et n’ont pour seul objectif : garantir le bonheur de leur fils. Gardons seulement en mémoire qu’ils vivront sans doute quelques moments d’impuissance, car la vie d’un jeune homo Français n’est pas de tout repos (même en 2013 comme vous le dîtes).

David.

Écrit par David le 11 mars 2013 à 16:51

C’est quand même hallucinant ce que certains peuvent être pessimiste et arrogant … Mais a quoi ça sert de marquer des commentaires uniquement pour critiquer ???? Cette histoire est très bien a lire pour certains qui n ont pas cette chance d avoir des parents compréhensifs! Chacun sa croix a porter . Cela ne sert a rien de baver sur les histoires des autres seulement parce qu on en a pas le quart !!! Bravo au papa de cette histoire , heureux fiston il doit avoir
Et peu importe les critiques qui risquent de pleuvoir …

Écrit par DOM le 11 mars 2013 à 16:58

Tres beau texte, j’aimerai bien en savoir un peu plus sur l’auteur… connaissance ?
Anthony L

Écrit par anthony06250 le 11 mars 2013 à 17:05

C”est dommage de voir des gens réagir ainsi méchamment face à un témoignage comme celui-ci. Je pense en effet que l’amour d’un père pour son fils, ainsi qu’il est traité dans ce texte, est un exemple dont bien des parents devraient s’inspirer. Dire aimer son enfant c’est facile quand tout va bien et que l’on peut sauver les apparences. C’est autre chose de le démontrer face à l’incompréhension et au jugement hâtif d’êtres peu scrupuleux et souvent rongés par leur propre défaite et incapacité à se positionner dans l’existence en mettant en premier plan, l’amour! L’homosexualité, si dans notre société actuelle, est un fait de plus en plus accepté, elle reste dans bien des familles, un sujet de discorde et il y a encore beaucoup de gays et lesbiennes rejetés par leurs pairs lors de comming out. Je trouve navrant de lire le commentaire de “Rems” sur un site comme celui-ci. Alors Monsieur Rems, allez donc radoter dans votre coin, et surtout fichez donc la paix à ceux qui savent apprécier le bonheur de la vie.

Écrit par baptistealphonse le 12 mars 2013 à 1:09

Rems…t’es “mal baisé” en ce moment ou quoi pour être si méchant ?!
Mais pourquoi est-il si méchant ? Pourquoiiiii ?

Écrit par MetisLove le 15 mars 2013 à 11:15

C’est si rare de lire un texte ENFIN positif, loin de tout drame et tout contexte OBLIGATOIRE de souffrance. Contrairement à ce q’exprime Rems, cet article sert aussi la cause homo. On ne peut pas s’en tenir tout le temps à se poser en victime de la “méchante” société : même si la facette positive est moins présente,surtout dans les relations parents / LGBT, elle existe et pas qu’un peu. C’est tout simplement la vie. Rien n’est ni tout noir ou tout blanc. En outre, il n’y a aucun angélisme dans cet écrit : le père avoue lui-même sa déception face à la mort de certains rêves persos qd il a appris l’homosexualité de son fils, qu’il a pensé d’abord à lui, son bonheur d’être grand-père avant celui de son enfant. Encore que… avec le temps, il risque fort de pouvoir pouponner un petit-fils ou une petite-fille dans les bras un jour : l’homoparentalité existe et les hommes gays n’hésitent plus à adopter ou à faire une GPA à l’étranger.

Ce qui est surtout intéressant est que c’est un père qui témoigne. Pas si courant non plus ! Pour beaucoup d’hommes hétéros, avoir un fils gay est un constat d’échec et une remise en cause de leur virilité. Du coup, ce témoignage a tout de même une valeur humaine et morale certaine : c’est un fait concret… et certainement pas unique quoique minoritaire. Et même si cette situation harmonieuse demeure l’exception, elle EXISTE et prouve que dans la vie tout est possible. côté relations humaines, surtout quand l’amour est là.

Écrit par Ellypso Waratahs le 15 mars 2013 à 12:29

Bonjour,
Je m’appelle Marie et je suis journaliste pour l’émission Toute une histoire sur France 2. Je prépare un sujet sur le thème des conflits entre père et fils (peu importe le motif). Si vous êtes concerné(e), n’hésitez pas à me contacter pour en discuter, au 01 53 84 33 10 ou sur mpalenzuela@reservoir-prod.fr
A bientôt
Marie

Écrit par marietuh le 4 avril 2013 à 17:29

Réagissez