Lettre aux Homosexuels de France

marinelepen3

Lady Marine : nouvelle icône Gay en 2012 ?


C’est à cause d’une profonde inquiétude que je me permets de venir vous faire part de ma peur et de mon désarroi face à l’ampleur d’un phénomène épouvantable, dont je suis resté spectateur depuis quatre mois maintenant. Dès septembre dernier, plusieurs homosexuels que je connaissais de longue date, ou que je venais de rencontrer, m’ont avoué leur intention de voter madame Le Pen à la prochaine élection présidentielle. Je n’ai alors pas prêté plus d’attention à ces idées folles, que je croyais éphémères. Sauf que cet aveu, je l’ai entendu bon nombre de fois depuis jusqu’à très récemment, et la sensation d’un malaise croissant est venue me heurter. C’est à ce moment-là que j’ai pris peur d’assister, impuissant, à la banalisation de la pire des choses. Cette crainte ne m’a depuis plus quitté et c’est elle qui me pousse aujourd’hui à prendre de votre temps, afin que la tragédie identitaire qui traverse notre communauté soit désormais connue de tous, afin qu’ensemble nous puissions retrouver justesse, raison et espoir. Car ce qui me donne tant de frayeurs, c’est que l’intempestive séduction que madame Le Pen jette aux yeux des Français ait reçu bien des échos positifs au sein même de notre communauté. Oui mes amis, j’ai l’insoutenable impression que tous les voyants sont au rouge quand je vous vois et vous entends défendre sans honte les mérites d’une politique que vous devriez fuir, que vous devriez combattre. Il est temps de craindre ; craindre que le désespoir de certains et le dépit des autres nous conduisent dans les mailles d’un filet, que nous ne pouvons ignorer comme dangereux pour notre communauté, et pour la France.

L’extrême-droite n’est pas, n’a jamais été, et ne sera jamais gay-friendly

Mes chers frères et sœurs gays et lesbiennes, laissez-moi vous dire que sous son masque de modernité, de dynamisme et de fraîcheur, rien n’a changé ; car l’idéologie de madame Le Pen est la même que celle des dictateurs du temps jadis. Qu’importe qu’elle ait mis de l’eau dans son vin, et de l’humour dans ses discours, grand bien lui fasse ; elle n’en reste pas moins le visage d’un extrémisme fondé sur le fascisme, sur la haine, sur le racisme, l’injustice et l’anti-LIBERTÉ. Et ce n’est pas sa faute, c’est le poids de son éducation, de son identité, d’une culture et d’un mode de vie, qui mes amis, je vous le jure, ne sont pas les nôtres. N’oubliez pas que l’extrême-droite n’est pas, n’a jamais été, et ne sera jamais gay-friendly. Car enfin, comprenez bien que votre Marine ne viendra pas seule ; et que ses fidèles, ses proches, ses disciples, ses électeurs de toujours, eux ne seront absolument pas en osmose avec nos modes de vies ! Vous me dites qu’elle est différente, qu’elle est plus douce, mais comment pouvez-vous m’expliquer qu’elle soit la seule ? Ne voyez-vous pas qu’elle est la jolie fleur au milieu des orties, qu’aller la cueillir c’est aller dans les ennuis ? Que voter Le Pen c’est offrir notre image, notre héritage, notre culture à toutes sortes d’extrémistes, de radicaux, de fanatiques qui n’auront pour seul but que d’imposer leur style de vie et leur haine face à tout ce qui n’est pas comme eux. Dont nous. Que vous arrive-t-il mes amis ? Vous qui vous indigniez, hier encore, des propos à tendance homophobe de madame Boutin, vous vous laissez aujourd’hui séduire par bien pire et bien plus perfide. Vous me faites nerveusement rire, quand je vous entends me dire que rien ne changera car aujourd’hui avec internet, tout est différent. Mais réveillez-vous, internet ce n’est pas naturel, on vous le donne, on peut vous le reprendre, on peut le réduire, le surveiller, le contrôler ; au contraire, c’est un fichage très dangereux dans des mains qui chercheront à assouvir l’élargissement d’une nouvelle idéologie. Comment pouvez-vous croire que le Marais sera épargné du tumulte extrémiste qui naîtra à Paris et ailleurs ? Je suis bien d’accord avec vous, ce n’est pas madame Le Pen qui viendra avec un énorme trousseau fermer les différents bars, boutiques et boîtes gays ; mais pensez à tous les extrémistes qui auront alors droit d’actes et de paroles et qui trouveront bien le moyen de faire le ménage, en grignotant jour après jour nos libertés, nos droits et nos vies. Et personne ne viendra nous soutenir car l’embrigadement de la pensée aura déjà débuté son œuvre. Alors, vous vous rendrez compte qu’il est trop tard, que ça recommence. Que vous avez fait l’erreur de croire que cela serait différent. Tout ceci ce n’est pas moi qui le dis, c’est notre Histoire. Combien de films, combien de témoignages, de documentaires, de romans avons-nous sur la terrible Histoire de l’Europe fasciste ? Comment pouvez-vous aujourd’hui être prêts à confier nos droits homosexuels à des gens qui par le passé ont tout fait pour nous empêcher de les acquérir ? Mes frères, mes sœurs, je vous en prie, ressaisissez-vous. Gay n’est pas Front National. Lire le reste de cet article »