Etirements et relaxation
Stretching - Grégory Capra

Stretching - Grégory Capra

Enfin un week-end de quatre jours ! Ils ont été si rares en 2011 … Il est donc capital de penser à vous…. Prendre quelques minutes pour vous relaxer…et vous étirer pour évacuer les tensions liés au stress….

10 minutes de relaxation
Allongez vous sur le dos, avancez votre bassin contre un mur, plaquez vos jambes à la verticale pieds serrés, étendez vos bras en croix paumes face au sol. Ne vous reste maintenant qu’à fermer les yeux et à contracter un à un pendant 15 secondes chacun des groupes musculaires suivants : les poings, les bras, les omoplates, les abdos, les fessiers, les orteils.Entre chaque contraction, soufflez et ne pensez plus à rien pendant 1 min 30.

3 minutes d’étirement après votre séance de sport
Une posture idéale pour étirer toute la chaîne musculaire postérieure et détendre le dos. A genoux, le front au sol, les bras étirés en avant, paumes contre terre, vous tendez une jambe en arrière. Attention : votre dos doit rester le plus droit possible et le pied de la jambe tendue, en extension complète.Il ne vous reste plus maintenant qu’à expirer lentement 3 x en tirant sur vos bras et votre jambe pendant 5 secondes. Puis changez de côté !

Assouplissement des jambes
Face à une fenêtre, posez vos mains sur le rebord, pieds écartés à l’aplomb des épaules. Une jambe tendue (le pied glisse sur le sol), l’autre fléchie (c’est elle qui soutient l’essentiel du poids du corps), vous descendez en gardant le dos et la tête droite.

Détendez-vous… Vous oublierez même la grisaille de l’automne !

Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

Comment progresser aux tractions ?
Tractions en pronation

Tractions en pronation

Savoir faire des tractions est essentiel pour le développement d’un physique fort et harmonieux. C’est d’ailleurs l’un des critères d’entrée de nombreux métiers (armée, pompier, sports…). J’ai déjà accompagné de nombreux pompiers dans la réussite de leurs concours, sur la partie physique et, notamment, afin d’exploser leurs max aux tractions. C’est d’ailleurs sur ce point que je vais nous éclairer.

Est ce que les tractions en amplitude max sont traumatisantes pour les articulations ?
Quelque soit le mouvement on ne verrouille jamais une articulation :
· ça l’abîme
· ça génère un relâchement du muscle que l’on cherche à contracter (ici le dos) et donc on se retrouve, pendant la série, à alterner contraction-relâchement.
En conclusion, ce n’est ni efficace ni sécuritaire … mais certains concours cités plus-haut l’exigent pourtant !

Dans quelle mesure peut-on intégrer un programme de tractions au sein d’un programme de musculation traditionnelle. La musculation ne va-t-elle pas freiner la progression aux tractions ?
Si on veut progresser en dos, les tractions sont un super exercice et nécessitent une simple barre alors que tous les tirages requièrent une machine, bien souvent coûteuse.
Maintenant il est certain qu’une personne de 110kg aura moins de facilités à monter le poids de son corps qu’une personne de 60 kg. Toutefois, je connais des culturistes qui enchaînent beaucoup de tractions, alors arrêtons les excuses et au boulot
Il serait plus judicieux d’avoir un programme de tractions qui « s’imbrique » bien dans le reste des activités de la semaine (sportives ou professionnelles d’ailleurs car si vous avez un métier fatiguant, il faudra bien en tenir compte dans votre programmation sportive et votre diète).

Le travail lesté aux tractions est-il efficace pour améliorer son max ?
Oui, un travail en force est à mettre en place lorsque l’on veut augmenter le nombre de répétitions sans lest.
A l’époque où des vrais diplômes existaient (BE HA.CU.M.E.S.E), on a tous fait des séries lestées aux dips et aux tractions pour faire le minimum requis (20 tractions et 30 dips pour avoir 10/20 !!).

Est-il nécessaire de travailler avec différentes prises (supination/pronation) et différents écartements pour bien progresser aux tractions supination ou pronation écartement largeur d’épaules ?
Pas forcément nécessaire, si on doit passer un examen avec une certaine prise, mais intéressant oui.
Une prise serrée va développer le dos dans son épaisseur (et taper un peu dans les bras) alors qu’une prise large élargira plutôt le dos.

Que proposez à une personne qui souhaite progresser aux tractions ?
Il est très complexe de proposer quelque chose comme ça sans connaître le profil des personnes qui vont lire ce message.
Partons du postulat que j’ai face à moi une personne sportive sur le plan cardio (footing, VTT, etc) mais novice en musculation. Premièrement, je lui conseille de ne pas travailler que son dos ! L’équilibre des masses et le gainage du corps sont importants pour le corps, sa santé et pour être efficace sur un grand nombre d’exercices comme les tractions.
Si on est incapable de faire 8 répétitions en tractions, l’entraînement va devoir être très fourni en exercices de poulies hautes et basses + tractions assistées. Il serait idiot de s’obstiner à faire 1 ou 0 tractions 15 fois par séances, cela s’avérerait improductif.
Pour quelqu’un capable d’en faire au moins 10, on fera un échauffement en poulie haute (supination ou pronation, large ou serrée… il faudra choisir la même prise de main que les tractions à reproduire lors de l’examen à passer). Une fois les 4 séries (progressives en poids) faites, on va passer aux tractions. Une série de 6 lestée puis 2min 30 de récupération puis une série sans lest (max de répétitions possibles, 9-10 pour notre exemple) puis 1min30 de récupération puis 6 lestées jusqu’à faire 3 séries lourdes lestées + 3 séries au poids de corps.
L’entraînement pourra se poursuivre avec divers tirages avec barre ou poulie.
Vous l’aurez compris, ces éléments sont donnés à titre indicatif et ne peuvent être appliqués à tous. Une programmation tenant compte de votre niveau d’entraînement, âge, condition physique doit être établie pour bien progresser.
Pour toute information supplémentaire, n’hésitez pas à me contacter en direct : manager@gregory-capra.com
Bon sport et à très bientôt !!

Grégory Capra

http://www.gregory-capra.com

Les compléments alimentaires
Grégory Capra

Grégory Capra

Bonjour à tous !!

En quelques lignes voici ce qu’il faut savoir sur les compléments alimentaires : comment les choisir et quels pièges éviter ?

Par définition, les compléments alimentaires viennent compléter notre alimentation, enrichir notre corps de manière ciblée, et surtout réparer des dégâts physiques hebdomadaires. C’est donc un apport très personnel, propre à chacun, devant répondre à des objectifs précis.

Faute de conseils, 90% des personnes usant des compléments alimentaires font erreur, dès le premier achat, et s’enferme dans une utilisation à long terme inefficace. En effet, on ne prend pas les mêmes compléments toute l’année, chaque cycle doit être revu en fonction des résultats obtenus.

Pour faire simple, on distinguera : la reconstruction musculaire liée à la récupération, de la prise de masse ou volume liée à la réponse anabolique naturelle. La première étant indispensable à la réussite qualitative de la seconde.

Dans un premier temps, notamment pour les adeptes de la musculation, le but sera d’élever la dose de protéines journalière, carburant primaire et essentiel à toute reconstruction des fibres musculaires. On multiplie son poids de corps par 2 et on convertit en gramme afin de connaître la dose efficiente. Il est, par exemple, recommandé à un homme de 80 kilos pratiquant une hypertrophie (concept de la musculation) fréquente d’ingérer, chaque jour, un minimum de 160g de protéines répartis entre son alimentation de base et les compléments alimentaires.

Suivant nos attentes du moment (sèche, perte de poids, maintien ou prise de masse), nous avons le choix entre différents produits de base répartis entre deux extrêmes : la 100% protéines et le gainer composé d’uniquement 13% de protéines pour 100g de poudre. Plus le pourcentage de protéines est bas, plus les hydrates de carbone (ou glucides) prennent place afin d’activer le premier levier optimisant l’anabolisme : le bond glucidique. Les glucides étant proscrits en période de sèche, on s’orientera alors sur une protéine 100% whey. A l’inverse un ectomorphe, ou une personne ayant du mal à manger peut user d’un gainer à l’apport calorique consistant.

Mais attention, l’idée préconçue : « Gainer = Gros muscles » est complètement fausse. De plus un gainer dont le dosage de protéines est inférieur à 40% ne se prend pas plus de 2 mois consécutifs, par la suite le corps ne réagissant plus, il se met à stocker. Statuant de ce fait, sur la deuxième idée erronée : « Le gainer fait grossir ».

Chaque complément peut ou doit se voir additionné durant les cycles. Le gainer, pauvre en protéines, doit être complété d’acides aminés relevant le ratio protidique nécessaire à la reconstruction des fibres car sans une bonne récupération la qualité musculaire ne sera pas garantie.

Une protéine 100% whey peut se parfaire avec des acides aminés en prise isolée, comme les BCAA ou glutamine renforçant la matrice anabolique, et par conséquent la prise de masse séche.

Les compléments alimentaires son innombrables, leur choix difficile et leur addition impossible sans un minimum de connaissances en la matière. En effet, comment savoir que la glutamine maximise la synthèse de protéines, que la taurine favorise l’assimilation de créatine, et que le HMB renforce l’effet des BCAA. Impossible, et que de noms bien compliqués !! Pourtant avec un minimum d’orientation les compléments alimentaires deviennent rapidement après le sport et la diététique, le troisième facteur indispensable à votre progression. Tout vous raconter maintenant serait trop long, et comme vous l’aurez compris chaque recommandation s’établit au cas par cas !

Si vous souhaitez des conseils, que vous êtes perdus, ou dans une dynamique d’évolution, mon équipe reste à votre disposition, alors n’hésitez surtout pas à me contacter.

A bientôt, sportivement …

Greg

Pour me contacter : manager@gregory-capra.com

Biographie

Grégory Capra - Coach sportifBonjour,

J’inaugure ce blog sur Têtu, dédié à la forme. Le première chose à faire est donc de me présenter.

Sportif depuis mon plus jeune âge, je me suis essayé à de nombreuses disciplines dans le cadre extrascolaire mais également au cours des trois années que comptaient ma licence en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (S.T.A.P.S.) : football, athlétisme, motocross, judo, voile, escalade …

Depuis maintenant huit ans, je me consacre uniquement à la musculation et à la course à pied à des fins esthétiques certes, mais également dans le but d’avoir un corps sain, robuste, résistant et d’accéder à un bien être psychologique surprenant. C’est d’ailleurs dans le but d’apporter aux personnes dont je m’occupe les conseils techniques, diététiques mais, aussi la motivation nécessaire à la réalisation de tout cela, que j’ai choisi de devenir coach sportif.

En plus d’être dynamique et sportif, je suis un garçon passionné par tout ce que j’entreprends et, de ce fait, très motivé et déterminé. Je suis également extrêmement attaché à ce que chacune de mes tâches soit réalisée le plus rigoureusement possible afin que le résultat obtenu soit de grande qualité.

De plus, doté d’une grande ouverture d’esprit, je m’adapte à toutes les personnalités, tous les niveaux, objectifs et profils sportifs sans le moindre problème.

A bientôt,
Greg