Le bar des Geekettes

Par Katchoo86

L’homosexualité dans les Comics (3ème partie)

6/Les années 2000 et la continuité

Bien que cela ne soit pas un comic-book Michael Chabon sort en 2000 Les extraordinaires aventures de Kavalier et Clay, un roman qui parle du milieu des comics et dont l’un des deux personnages principaux est gay.

En 2003 le personnage de Renee Montoya (qui à la base vient de la série animée Batman, et qui a ensuite été introduite dans le comic-book) est outée par un ennemi assoiffé de vengeance (et au double visage) à ses collègues et sa famille dans la série où elle évolue Gotham Central, l’histoire est superbement écrite par Greg Rucka.

Rawhide Kid qui à l’origine a été créé en 1955 réapparait dans les années 2000 et notamment en 2003 dans une mini-série très controversée car elle met l’accent sur un bon nombre de stéréotypes sur les homosexuels à des fins commerciales. Selon le “All New Official Handbook of the Marvel Universe A-Z,” cette attitude existait pour amener la confusion auprès des autres personnages.

En 2005 Marvel se rattrape en révélant un nouveau couple : Hulking et Wiccan membres des Young Avengers , ces deux personnages ont été créés par Allan Heinberg, un scénariste de comics et de télévision ouvertement gay. Chez Marvel toujours, il est intéressant aussi de relever et surtout de suivre la relation entre Karolina Dean et Xavin, la lesbienne et le transgenre de Runaways.

Chez les mutants, les homosexuels et les bisexuels sont aussi de la partie, on peut citer Phat et Vivisector, Bloke, Karma, Daken, Colossus dans sa version Ultimate, Anole, Shatterstar et Rictor, et le couple Mystique et Destiny qui pourraient être d’après les propos de Chris Claremont les véritables mamans de Diablo (en tout cas moi j’y crois !)

En septembre 2010, Archie Comics met en scène dans les pages de Veronica un nouveau personnage : Kevin Keller qui va annoncer son homosexualité et être au cœur de toutes les attentions. A l’image de Northstar en son temps, son statut d’homosexuel fait couler beaucoup d’encre.

Les années 2000 vont ainsi voir de plus en plus de personnages gays obtenir un rôle important dans une série, voire le premier rôle, on peut citer  Allison Mann la scientifique et partie intégrante du trio de Y The Last Man, Danielle Baptiste, une des détentrices de la Witchblade, et personnification de l’Angelus, et Kate Kane, la Batwoman du 21ème siècle dont tout le monde attend impatiemment les nouvelles aventures (en Septembre, on y est presque !). A noter que Batwoman est le seul personnage gay à avoir son titre à elle parmi toutes les séries issues de l’édition mainstream, autant dire qu’elle est une révolution à elle toute seule !

7/Les comics spécialisés

En plus des Gay Comix qui comme nous l’avons vu sont apparus au début des années 80, d’autres labels et éditeurs vont voir le jour, le plus célèbre d’entre eux est Prism Comics, une organisation associative dont le but est de promouvoir les œuvres, les artistes, et les lecteurs de comics dans ce domaine précis. Ainsi régulièrement Prism Comics va éditer un guide de lecture concernant exclusivement les titres gays ou comprenant des personnages homosexuels, et servir de portail et de boutique pour tous les comics (ultra) indépendants et autres fanzines.

Pride comics quant à lui va fièrement publier la série Pride High qui raconte les aventures d’une alliance de super héros homo/hétéro et dont le premier numéro a été traduit en Français. On peut aussi citer Boy meets Hero Comics, mais là encore il s’agit de petits éditeurs ultra spécialisés dont les les séries sont disponibles en achat sur internet ou dans les gay comic-shop de San Francisco (et oui, ça existe !)

Les homosexuels dans les comics ont en fin de compte évolué exactement comme dans la vraie vie : présents depuis le commencement, ils ont dû se cacher, s’adapter ou faire semblant, s’organiser et se regrouper, sortir courageusement de l’ombre, et ainsi apporter un plus de par leur vécu et permettre de développer des histoires plus riches, plus sensibles et surtout plus actuelles.

Mais le long chemin pour une plus grande visibilité de ces personnages dans les comics mainstream -dans le respect et loin des clichés- n’est pas terminé, c’est-à-dire et peut-être justement comme dans la vie réelle…



Réagissez