Ma meilleure ennemie

250couplelesbienAudrey est tombée amoureuse de sa camarade d’école, qu’elle connait depuis l’âge de 8 ans. Au départ pas spécialement amies, une complicité nait entre les deux lycéennes lorsqu’elles se croisent dans un bar lesbien de leur ville. Très vite la relation devient fusionnelle, mais les rapports se dégradent après leur rupture, et l’amour devient peu à peu haine…

“D’aussi loin que je me souvienne, je la connais depuis que j’ai 8 ans, mais nous n’avons pas toujours été amies. Je me souviens qu’au collège je la détestais. C’est au lycée que je me suis rendue compte que j’étais lesbienne et j’ai donc commencé à traîner dans les bars et boîtes de nuits lesbiens de ma ville. Un jour alors que j’étais saoule, je l’ai vue et lui ai sauté dans les bras, comme si nous avions toujours été amies. Le lendemain, j’ai reçu un message de sa part, c’est à partir de ce moment qu’elle a commencé à avoir sa place dans mon coeur. Elle me plaisait, mais elle avait cette réputation de «fille facile» qui me faisait extrêmement peur. Nous ne somme pas restées longtemps ensemble, mais après notre rupture nous étions très proches. On pouvait se parler des heures, nos regards voulaient tout dire.

Elle était en moi
Plus le temps passait, plus elle était en moi, je ne supportais pas qu’elle soit loin de moi, avec une autre fille. Je voulais tout le temps qu’elle soit avec moi, entendre le son de sa voix et ses éclats de rire, sentir la douceur de sa peau… Je voulais que chaque moment, soit notre moment. Puis elle s’est remise avec son ex, avec qui elle était restée deux ans avant moi, je me suis mise en couple également. Mais notre complicité était toujours aussi présente. Deux mois après, pendant l’été, elle est partie en vacances à l’autre bout du monde. Pas de nouvelle pendant un mois. J’étais perdue, il me tardait qu’une chose, c’est qu’elle rentre. J’avais ma copine, mais avec elle ce n’était pas pareil, nous n’étions pas aussi fusionnelles.

Complicité disparue Lire le reste de cet article »