A ma commentatrice Abricot (Cf Commentaire à mon Post Précédent “Sale Pédé”)

2012-02-01-FamilyPortrait_2Merci pour ce message (voir commentaires billet précédent), ces commentaires que j’accueille toujours avec plaisir, avec un plaisir encore moins contenu lorsqu’ils ne convergent pas vers mes opinions, ma façon de voir les choses: c’est le débat. J’aime donc le débat et c’est pour cette raison que j’estime que droit à réponse s’impose ici. Par souci d’ergonomie, de clarté et de logique, permettez-moi chère commentatrice de reprendre par ordre chronologique les points que vous avez soulevés successivement.

Naif pendant ces 21 belles années de ma vie, oui l’ai surement été – cela est indiscutable, cependant je crains que nous ne parlons pas de la même polarité de la naïveté, nos visions sont presque antinomiques: vous voyez en ma naïveté presque candide le fait qu’aujourd’hui “je verrais de l’homophobie partout”, partagé entre paranoïa et  “victimologie adolescente”, alors que moi, moi, je l’analyse plutôt comme le fait de ne pas en avoir essuyé les affres plus tôt. Il est vrai que si j’avais été harcelé par les “coupains” du quartier, me faisant traiter joyeusement d’enculé et de tapette et me faisant passer à tabac à 17 ans parce que j’avais eu la présomptueuse idée de caresser la joue de mon compagnon dans la rue, oui je ne tiendrais pas ce discours, ou du moins je l’aurais tenu depuis longtemps, quelques dents en moins et une belle dépression plus tard aussi. Dommage donc pour moi, dommage pour l’histoire, je suis né et j’ai grandi dans  mon “eden” Parisien, entouré de famille, amis, camarades aimants – protégé, je suis toujours passé au travers des mailles du filet de l’homophobie frontale – après donc, si cette “non-homophobie teintée d’élitisme” comme vous dites si éloquemment vous exècre je crois bien, chère commentatrice que le problème est ailleurs.

“catho coincée” vous dites ne pas être,  intra-muros vous ne vivez pas, religieuse vous n’êtes pas non plus, bouseuse réactionnaire homophobe à première vue vous ne semblez pas être…  outre le fait que je trouve cette catégorisation bipartite superficielle, inobjective et indue (je suis justement le premier à affirmer que l’homophobie n’a pas de physique… et pas forcément de batte de baseball pour vous défigurer, permettez-moi la pointe d’humour) homophobie n’est pas non plus corollaire de violences physiques ou verbales. Elle peut être latente, silencieuse, mimée. Ma chère Boutin la définit comme “toute personne qui ose exprimer quelque forme de désaccord face aux  mensonges du lobby homosexuel”. Le Petit Robert (que nous supposerons plus neutre) nous enseigne ainsi que “L’homophobie est l’hostilité, explicite ou implicite, envers des individus dont les préférences amoureuses ou sexuelles concernent des individus de même sexe”. J’insisterais donc sur “l’implicité” de la chose et vous renvoie à cette planche d’une autre bloggeuse qui sera instructive sur le sujet (http://gami.yagg.com/page/3/). Encore heureux donc du fait que vous affirmiez être contre toute force de violence homophobe (je crois que Civitas et le GUD devraient prendre conseils auprès de votre sage intelligence), mais que faites-vous de toute cette homophobie non exprimée par des coups de poings, celle-là même qui est prépondérante et qui vicie plus que jamais l’air Français depuis plusieurs mois?

Par ailleurs vous vous avouez sceptique par rapport au caractère homophobe des agressions qui ont eu lieu cette semaine? Oui, oui je comprends que cela puisse être une énième manœuvre de manipulation du méchant lobby gay. Je comprends aussi que lorsqu’on est noir et qu’on se fait rouer de coups par un groupe de jeunes crânes rasés vous berçant de belles insultes négrophobes tout au long, l’aient fait parce qu’ils n’aimaient pas votre coupe de cheveux. Je comprends qu’un Juif qui se agresser et traiter de ‘’sale feuj” l’ait été parce que le parfum qu’il portait ne plaisait pas. Je comprends donc tout à fait que les deux agressions qui ont eu lieu cette semaine alors que les deux couples se tenaient bras dessus bras dessous, et qui se sont fait tabassés par des individus vociférant des “sales pédés” et sans rien leur voler en finalité, l’aient fait parce qu’ils n’aimaient pas leur style vestimentaire. Oui, oui chère commentatrice je comprends tout à fait. Ce n’est pas de l’homophobie, c’est de la mode, c’est la fashion police. Les goûts, les vêtements et les couleurs vous savez….

Revenons à nos moutons, à nos enfants, à nos petites futures têtes blondes (ou crépues me concernant) plutôt, vu que l’adoption semble être le nerf de votre commentaire.

Vous expliquez votre position anti-mariage en y avançant la connexité avec l’adoption qui “en découlerait de suite”, estimant que le mariage est “juste une couverture, un voile à peine opaque”. Vu que vous ne contestez pas au fond la revendication du droit au mariage, je ne m’y attarde pas et préfère aborder la question de l’adoption.

Avant toute chose permettez-moi de vous rappeler que les homos ne vous demandent pas le droit, ni l’autorisation – les familles homoparentales – je répète “FAMILLES” homoparentales sont un fait – 40.000 enfants, souvent adoptés, vivent avec deux parents de même sexe. Faisons un petit calcul mathématique donc: ces 40.000 enfants ont deux parents, certes parents parfois de fait, mais parents quand même – il y’aurait donc 80.000 parents homos en France (et je ne compte même pas ceux qui élèvent des enfants à 3 ou 4). Je ne compte même pas ces grands parents, ces tantes, ces oncles, ces neveux, ces parrains et marraines qui participent à l’éducation de ces enfants. Il ne s’agit donc pas là d’un caprice, ou d’une revendication isolée et fantasque d’un illuminé portant la cause homosexuelle mais de la nécessaire formalisation et “normativation” d’un fait sociétal indéniable qui tient en une question “reconnait-on à ces familles, à CES FAMILLES, les mêmes droits que les autres?”

Vous vous dites anti pour “ne pas pour priver ces couples du bonheur d’avoir des enfants, mais pour offrir à ces enfants celui d’avoir un père et une mère, schéma évidemment préférable, toute chose égale par ailleurs, pour sa construction et son équilibre”. Cette affirmation péremptoire est totalement dogmatique. J’estime qu’assez de spécialistes, psychologues, psychanalystes et acteurs sociaux se sont déjà assez épanchés sur la question et ont affirmé en majorité que ce schéma biologique normatif n’est en aucun cas synonyme de “construction et d’équilibre”. Argument donc irrecevable en ce qui me concerne, et je crois que tous ces 40.000 enfants qui vivent sous les câlins de deux parents de même sexe et qui ne finissent (dieu merci) pas tous dépressifs, ni suicidaires, ni drogués ou cas sociaux seront du même avis que moi. En avez-vous déjà rencontré? Avez-vous déjà eu l’opportunité d’échanger avec leurs parents sur l’éducation de leurs enfants? Vous vous battez contre des licornes ? Contre un remake de « Albin et Renato adoptent Shi Hun Zun et Makumba ». Permettez-moi d’en doutez et de croire que vous faites partie de ces gens qui combattent contre un “ennemi” fantomatique et fantasmagorique qu’ils ne connaissent même point.

Enfin, venons à votre dernier argument, qui est, permettez-moi de contenir ma surprise : la crainte que le processus de l’adoption ne devienne concurrentiel et s’étrique avec l’arrivée de ces nouveaux adoptants que seront les couples homosexuels. “Il n’y a pas assez de pain pour toute la foule mon Seigneur” lisait-on dans la Bible. Il est certain que je m’attend pas à un miracle divin sur le nombre des enfants à adopter mais je crois encore à l’efficacité et à l’objectivité de nos services d’adoption, qui sont ceux-là qui délivreront le sésame aussi aux aspirants adoptants aussi bien homos qu’hétéros, et cela, j’ai l’optimisme de le penser, selon des critères pertinents et qui ne seront plus le fait de savoir si les deux parents ont tous les deux une paire de seins ou tous les deux un pénis, bref sans critère de sexualité.

C’est ce droit-là, cette égalité de traitement là qu’aujourd’hui nous revendiquons. Il ne s’agit pas de supputer que tous les gays, dès promulgation de la loi ouvrant droit à adoption vont se sentir monter des désirs de paternité/maternité (comme vous l’avez déjà dit, sur le plan juridique cela est déjà possible à l’international et je ne crois pas que l’on ait assisté à une quelconque vendetta), mais de se reconnaître au moins éligible à ce droit, de savoir ce désir concrétisable. Et s’il y’a de moins à moins d’enfant à adopter, soit, c’est un fait, et bien j’ose croire que ces mêmes Services de l’Adoption feront, comme ils ont toujours su le faire leur travail en gardant en filigrane cet impératif qu’est l’intérêt de l’enfant – que ces Services puissent considérer ensuite qu’un couple homo soit dans une situation X, à un moment Y, dans un lieu Z, considéré comme potentiel meilleur adoptant qu’un couple hétéro est au fond, ne nous le cachons pas chère commentatrice ce qui vous gêne. C’est bien vous qui avancez l’intérêt de l’enfant non? Il me semble après cette courte analyse qu’il s’agit en réalité plutôt de sauvegarde des intérêts potentiellement lésés des aspirants adoptants hétéros.

Alors pourquoi dans telle situation, faites-vous du reverse-argumentation? Connaissez-vous la légende de l’Ourobouros? Le Serpent qui se mord la queue? A la fin il s’avale. A défaut d’être à quia, clamez vos opinions cachées : “un couple homosexuel pourrait potentiellement faire de l’ombre aux déjà nombreux aspirants couples hétérosexuels – intérêt de l’enfant ou pas – objectivité des Services de l’Adoption ou pas”. Ne reviendrais t-on pas à un présupposé teinté d’homophobie “couple homo inférieur à couple hétéro”. Excusez-moi, je me méprends encore… je vois de l’homophobie partout – ça en devient compulsif.

Permettez-moi donc d’user de mon droit de réponse en concluant sur Hollande, notre Président, NOTRE cher Président, non pas le Président des pédés ou des pauvres, pas le Président des Maliens ou des Libyens, non, NOTRE cher Président à tous, à vous encore chère commentatrice pour les 4 ans à venir, élu au suffrage universel le 15 mai 2012; suffrage exprimé en connaissance de son programme, programme qui contenait déjà ce projet de loi. Cela fait donc déjà 11 mois, j’estime pour ma part, que le peuple s’est déjà exprimé sur la question en lui accordant son crédit, cela fait déjà plusieurs semaines que ce crédit a été renouvelé à l’Assemblée Nationale, et voilà que ce crédit est en train d’être renouvelé au Sénat – pourquoi me parlez-vous alors de référendum?

Que ce soit par voie directe et intuitu personae (élections présidentielles) ou par voie de représentation législative (Assemblée Nationale et Sénat) le peuple s’est exprimé. Il l’a juste fait dans le sens qui n’est pas le vôtre, contre cette vision dogmatique et poussiéreuse de la famille que vous entretenez- en mépris de toute réalité sociétale; vision teintée d’un conservatisme irraisonné et appuyé de prétextes faisant peser la crainte d’une imminente anomie. La famille… la famille… concept bien mouvant ma Margueritte. Même le Larousse qui en 1988 nous la définissait comme étant un “Ensemble formé par le père, la mère et les enfants”, nous le définit aujourd’hui comme un “Ensemble des personnes unies par un lien de parenté ou d’alliance”. La famille ce n’est plus cet ensemble rigide et idyllique que vous vous imaginez encore – bienvenue à l’ère des familles plurielles, le prince charmant n’existe pas, l’homophobie existe et le coca cola zéro est dégueulasse.

Vous êtes au fond bien curieuse chère commentatrice mais à la fois bien triguade: que les homos fassent ce qu’ils veulent, qu’ils se marient même – qu’ils occupent une zone géographique dans le 4 ème arrondissement si ça leur chante du moment, du moment… que moi hétérosexuelle bienpensante et ancrée de les valeurs de “ma” France contemporaine, mes intérêts ne sont pas affectés par leurs désirs, déjà que “j’ai” du mal à adopter et qu’un pauvre enfant qui n’a rien demandé à qui que soit souffre d’un choix qu’il n’a pas fait. Vous auriez pu vous épargner la longueur du texte et résumer vos positions de manière aussi synthétique.

Vous avez cependant une belle prose, j’aime la prose, la vôtre est belle et comment ne pas amorcer mon mot de fin en analogie au vôtre. “Hollande va finir par radicaliser l’action des anti que l’on montrera du doigt et traitera de fascistes  ” dites-vous? J’en plussoie. C’est comme dire à une fille violée qu’elle aurait dû mettre un jean moins moulant et une culotte moins courte.

“Mais à bien y regarder, qui est fasciste?” me demandez-vous? Vous estimez que ce ne sont pas, permettez-moi de citer cette belle, que dis-je, cette merveille phrase “Ceux qui demandent pacifiquement que le peuple se prononce sur une modification profonde de l’un des fondements de notre conception sociétale? Ou ceux qui méprisent, stigmatisent et répriment cet élan citoyen et imposent leur façon de voir, gazant des familles tentant d’échapper à l’étouffement d’un espace insuffisant qu’un ministre de l’intérieur leur imposait tant il voulait minimiser l’impact médiatique du mouvement”.

Je crois en effet qu’Esther, Wilfried, Tiphaine, et tous ces autres prénoms anonymes et qui s’empilent sur le bureau de SOS Homophobie peuvent témoigner avec la plus grande ferveur de la pacificité de votre mouvement – mais bon quel candide impotent je fais, ça ne vaudra jamais les pauvres petits yeux larmoyants de Jean-Eudes et de Marie-Christine, 6 et 8 ans, gazés, pas parce que le Ministre de l’Intérieur a fait son travail, mais plutôt parce que des inconscients et des parents irresponsables ont décidé de braver une interdiction à deux fois réaffirmée et d’y emmener leurs enfants pour grossir cet “élan citoyen”, bel élan qui sondage après sondage, manif après manif, tract après tract, ne représente toujours que 42% de la population Française.

Retrouvez moi sur Twitter ICI ou écrivez moi à doriangayparis@gmail.com

p.s. “Oui, mais le légaliser généralisera cette déviance dont personne ne veut.” —-> Je vous assure, non, non cela n’est point homophobe – les corrections automatiques ne sont plus de nos jours ce qu’elles étaient, c’est bien connu.

12 commentaires

Alors là Bravo Mon cher ! Vous avez très bien remis à sa place cette commentatrice. (applaudit)
Non bravo ! Moi jeune étudiant en Province suis émerveillé par votre réaction et votre volonté. Sur ce bonne soirée, je prend de plus en plus de plaisirs à vous lire !!

Écrit par Matthou le 11 avril 2013 à 20:42

Alors c’est extraordinaire car dans cet article il y a EXACTEMENT tout ce que je pensais du commentaire de cette chère madame! Bravo!

Écrit par Adam Von Antium le 15 avril 2013 à 11:55

Moi j’aimerais surtout qu’on m’explique en quoi le schéma père mère est préférable pour l’équilibre d’un enfant. C’est vrai que cet argument est souvent avant et digéré comme tel sans qu’on prenne la peine de développer cette évidence… Je voudrais qu’Abrico prenne la peine de me l’expliquer ?

Et les réponses des défenseurs du mariage ne sont pas plus satisfaisantes : oui les hétéros peuvent être méchants et négligents, bon, on est tous capables du meilleur comme du pire, c’est pas vraiment un argument. Pour moi ce genre de réponse est aussi triste que le “Mieux vaut un mariage gay qu’un mariage triste”… please…

Écrit par longplay le 15 avril 2013 à 14:16

j’hallucine quand même, c’est contre nature et vous vous cherchez des excuses à la con…

Si les dérives sociétales conduisent à la dérive sexuel n’en faites pas un principe. vous me direz ca date des romains etc… ce n’est pas une excuse.

Le mariage est à la base religieux, pourquoi ne pas défendre une union civile qui a été proposé ? et vouloir impérativement d’approprié le mot mariage…

Les valeurs est la chose qui perdure mais vous bafouez ca pour votre plaisir malsaint… car oui être homo est une maladie… c’est contre nature… plutot que de faire une loi pour le mariage il faudrait une loi pour un suivit psychiatrique des homos…

Écrit par Turkeo le 15 avril 2013 à 14:50

Turkeo t’yes méchant :( sois gentil…

Écrit par longplay le 15 avril 2013 à 15:41

@Turkeo, je suis homo et bien dans ma peau (c’est pas moi qui le dit, mais les 3 psy que j’ai pu voir dans ma vie penssant que j’allais mal…en fait ce sont mes parents qui vont mal….mais c’est un autre sujet…).
Si le mariage qui est une institution je le reconnait fort bien est si “religieux” que ça, alors peut être pouvez vous m’expliquer pourquoi à chaque mariage auquel j’ai assisté au cours de mon existence, nous sommes passés à la mairie au cours de la journée?
N’était-ce pas pour une reconnaissance de ce mariage devant notre société, devant la loi? Je puis me tromper, et avoir mal compris le sens de cette visite dans les Mairies ce jour là…et dans ce cas je m’en excuse bien bas…
J’ai même eu l’occasion d’assister à des mariages sans “messe”. Si je comprend bien votre discours ce ne devait donc pas être des “Vrai Mariages”…
Nous parlons depuis des mois d’ouvrir le Mariage Civil à tous, et non pas le mariage religieux. Pour ma part si je devais un jour me marier, je ne demande surtout pas de pouvoir le faire dans une église…Sur ce coup là je ne suis pas objectif, j’avoue, je suis athé…
Quand aux enfants élevés par des couples homos j’en connais presque autant que ceux élevés par des hétéros…et de tous âges…les uns comme les autres ne vont ni mieux ni plus mal par rapport aux uns et aux autres.
Mais pour avoir une idée si concise du mariage (un papa une maman des enfants), vivez-vous vraiment en France?
Je ne connais pour ma part aucune famille de mon entourage qui n’ai connu un divorce, un re-mariage, une partage de garde d’enfant ou un outing…et pourtant je vis dans un département plutôt conservateur ( Mes 3 Sénateurs sont UMP, et ont bataillé contre ce projet de loi, et défrayé la chronique à propos d’une histoire de couleur…)
Il y à quelques mois j’acceptais le discours gentillet des “contre”, sans me sentir agressé…Mais je l’avoue, depuis quelques semaines je ressent ce climat haineux qu’il vous plait, vous et vos semblables d’entretenir, comme l’on entretenait la haine des juifs dans les années 1930-1940, les accusant d’être le mal qui rongeait nos sociétés et l’on sait à quoi celà à conduit si nous avons bien eu les mêmes programmes d’histoire et j’ose le croire.
“yupin” était aussi à la mode alors que les “pédales”, “pd” d’aujourd’hui….Oups phrase raciste puisque depuis ce mot “yupin” est considéré comme celà, par contre comme vous l’auré constaté la phrase n’était pas homophobe. Oui il parrait que “pd” et pédale” sont de joli colibets que l’on chante gracieusement lors des manifestations dominicales dans les milieus cathos, donc ce ne sont point des mots homophobes puisque même des prêtres se prêtent à ces chansonnettes….

Écrit par stef de v le 15 avril 2013 à 16:33

mais… mais…. abrico est un mâle!!!!

Ha que ce post fait du bien :)

Écrit par korial le 16 avril 2013 à 10:42

belle réponse, bien argumentée, c’est ce qui manque aux antis, des arguments, ils n’en n’ont pas et cachent derrière des réponses toutes faites et des faux-semblants!!

Écrit par marie de bourgogne le 17 avril 2013 à 19:06

cher Turkeyo;
c’est vrai..!! on a choisi d’être “malade”..!! allons enfin, mes chers amis gay..soyons honnêtes avec nous mêmes..on a décidé d’être homo ou lesbienne..mais bien-sur..on la choisit ..merde, assumons nos déviances perverses..!!
pourquoi ai ‘je tant fait d’études et ne pas me rendre compte de cette évidence si clairvoyante..
je vais devoir en parler et argumenter en ce sens auprès de tous ceux qui ont contracté un cancer ou une leucémie…si si, mesdames, messieurs et chers enfants, vous l’avez choisit..et puis après j’irai voir les familles de ses pauvres enfants skizo et cie en leur disant, ” vous inquiétez pas , on va vous guérir avec une bonne séance de psychanalyse..”…
non de dieu..on est en 2013 et seuls les ignorants survivront…mais avant , force est de constater qu’ils nous auront bien pourri la vie depuis des générations..!

Écrit par SD54 le 18 avril 2013 à 13:07

que veut dire contre nature pour toi? sais tu qu’il existe des accouplements mâle/mâle pour réguler les naissances chez certains animaux qui vivent en groupe? Et l’homme n’est il pas un animal politique (au sens polis, cité en grec?)ça me navre de voir que des gens pensent encore comme toi…Non l’homosexualité n’est pas une maladie. Et la “dérive de la société” a toujours existé pour les conservateurs comme toi. Regarde les scandales financiers du début du 20ème siècle en Europe et tu verras qu’avant c’était pas forcement mieux…
Informe toi, renseigne toi, désaliène toi !!!
Sof

Écrit par sof le 20 avril 2013 à 23:07

heu… j’ai omis de dire que mon post était pour Turkeo bien sûr!!!
Sof

Écrit par sof le 20 avril 2013 à 23:11

Que dire de plus ? Sinon que je partage entièrement l’avis de l’auteur. Evidemment non, le mariage n’a strictement rien de naturel. C’est une institution de la République. Et désolé, depuis 1905, la République est laïque, donc elle n’a pas à se soucier du fait religieux. Car en fait dans la Nature (qui connaît des cas d’homosexualités avérés) que prône les antis, se cache bien souvent leur religion. La Nature n’est pas ce que dit la Bible / le Coran / la Torah (que sais-je !), et, n’étant pas vraiment une force supérieure qui dicte la vérité, n’a rien à imposer à la société. Pour finir, oui, le mariage évolue, se transforme, mais c’est ce qu’il a toujours fait, car la société se transforme itou.

Écrit par Pogany le 4 mai 2013 à 16:31

Réagissez