Amour, Botox et Date de Péremption

ht_man_botox_ll_130117_wbC’est samedi – et les samedis à HEC sont les choses les plus inintéressantes et ennuyeuses qui soient. C’est le jour généralement choisi par tous les conférenciers sadiques et overbookés en semaine, pour vous abreuver de leur savoir et des péripéties de leurs trépidantes vies mondaines, des premières lueurs du matin jusqu’au crépuscule.

Bref, ces jours où vous vous mettez – grincheux – au fond de la salle pour lire un GQ, boire votre thé et faire acte de présence, votre montre bien en évidence sur votre table et vos soupirs ponctuant les silences de l’intervenant.

L’intervenant de ce samedi-là précisément avait décidé de nous parler d’âge. Et il avait structuré les différentes périodes de vie en trois étapes : la découverte, l’assise, le déclin… à partir de 50 ans…

Si il y’a une affirmation aussi indéniable que « Rita Ora est une fausse blonde » et que « Michael Jackson avait un nez refait », c’est que nous sommes tous des petits grains de sable dans le sablier du temps ; tous les « jeunes » et les « vieux » de quelqu’un. Je n’entame qu’à peine mes 21 printemps mais cela ne m’a pas empêché de très tôt me pencher sur cette problématique existentielle. En matière d’amour, qui ne sait jamais retrouvé devant les préjugés qui suivent ?

Stéréotype 1 – Anna Nicole Smith : Vous êtes jeune et vous avez des amants beaucoup plus âgés ? Vous êtes donc tout naturellement un garçon vénal et vous trépignez d’impatience que la loi sur le mariage pour tous soit promulguée pour officialiser une union avec un sexagénaire de bonne fortune, que vous pousserez dans les escaliers deux mois après (si vous avez besoin d’un Avocat – je peux vous emailer ma carte).

Stéréotype 2 – Madonna : Vous êtes moins jeune et vous préférez les garçons qui ont moins de la moitié de votre propre âge ? (au maximum cela se suppute bien). Alors vous êtes un pervers narcissique qui vit de valorisations

Stéréotype 3 – Ashton Kutcher : Vous êtes jeune et vous en entichez de personnes plus âgées ? Alors vous êtes un pauvre garçon en manque de repères paternels/maternels et d’autorité et vous cherchez un parent de substitution (le sexe en plus).

Stéréotype 4 – Sharon Stone : Vous êtes moins jeune et vous traînez avec des beaucoup plus jeunes que vous ? Vous êtes sans doute coincés dans une faille spatio-temporelle vous faisant vivre dans l’illusion précaire d’être un éternel jeune – ayant oublié que « Forever Young » était juste un titre de chanson et que le vocabulaire teenager doit être à un moment oublié. N’ayez pas le seum, c’est la vie.

Voilà tant de préjugés auxquels peu de nous échappent, aussi bien homos qu’hétéros ; Même si nous, Homos, avons, et cela est indéniable, un rapport encore plus transcendant avec nos dates de naissance respectives, cultivant depuis toujours un culte (irraisonné ?) de la jeunesse.

L’Age de la (dé)raison

On associe souvent dans notre société l’amour et le sexe à la jeunesse. Il me semble que c’est encore plus vrai dans la communauté homosexuelle, où le culte de la jeunesse est exacerbé, où nous semblons tous porter sur nos nuques un code-barres et une date de péremption, où l’âge d’or dure 5 ans (20-25 ans) et où après la trentaine l’on est considéré comme un fossile de l’ancienne génération.

C’est tout en cas ce que l’on m’a toujours dit : « Dorian, profites de ta jeunesse, tu as la vingtaine, bientôt ce sera fini », supputant alors que je devais entamer ma vie professionnelle-trouver l’homme de la vie – acheter un Golden Retriever – faire le tour du monde en Smart et lancer une procédure d’adoption avant mes 25 ans, sinon j’étais foutu.

Si l’espérance de vie ne fait que croitre et que nous vivrons tous jusqu’à 81 ans en moyenne, il faudrait bien penser à combler ces 74 années qui d’après les légendes ne seraient que désolation, déambulateur, nostalgie et regrets.

Vous auriez donc bien compris que je prône une tolérance quant à ce chiffre qui, j’estime, est fondamentalement subjectif et reste profondément convaincu que l’on peut offrir à n’importe quel âge de vie, une vraie richesse à qui on côtoie. Ce sera peut-être à 20 ans, une certaine fraicheur et une certaine fougue, mais ça pourrait être également quelques décennies plus tard, une belle maturité, une sublime personnalité et un corps qu’on apprend à regarder sous d’autres angles moins stéréotypants.

Bien sûr, ce sont des généralités et chaque couple vit cette situation différemment, mais la plupart des couples avec différence d’âge que je côtoie vous diront qu’ils s’aiment comme un couple « normal », mais avec un petit plus ! La différence est une richesse, un nouveau regard sur soi, sur la vie et l’amour.

Certes, je ne sais pas (encore) comme mon ami Emilien, 27 ans, ce que cela fait lorsqu’un garçon de 22 ans vous oppose dans un rire moqueur vos 5 années de plus, ou comme Charles cet autre ami, qui a l’aube de ses 28 printemps, commence déjà à réduire son âge sur le net, mais je sais ce que cela fait… en situation inverse.

Ceux qui me suivent depuis le début doivent savoir que je suis ce qu’on appelle communément (et poliment) un précoce (non ce n’est pas contagieux je vous rassure). Précocité rimant avec classes sautées, quatre en ce qui me concerne, j’ai toujours fréquenté et été entouré de personnes plus âgées que moi – créant un réel décalage entre mes aspirations, mes doutes, ma psyché et ceux d’un jeune homme de la même tranche de vie que moi. Mon cas particulier me permet d’avoir un regard intéressant sur l’âge et la notion même de « vie de l’âge ».

Comme tout le monde, je trouverais le corps lustré et fougueux d’un jeune éphèbe, particulièrement exquis. Mais, peut-être moins comme tout le monde, je trouverais le manque de maturité rédhibitoire et le charisme lié à l’âge attirant. Je suis le stéréotype parfait du type de garçon qui estime que Denzel Washington ou Noé Duchaufour Lawrence se bonifient au fil du temps. Lorsque j’en parle avec mon entourage ou quand il m’arrive de lire assez aléatoirement les profils de présentation sur les sites de rencontres, indiquant des recherches comprises entre des fourchettes d’âge très limitatives, j’ai pleine conscience du côté peu commun de la chose.

Cougars et Subjectivité

Je prône d’autant plus la tolérance au vu de ces mascarades aujourd’hui bien habituelles. Ces « coupeurs d’âge » qui s’offrent un lifting numérique en réduisant leur âge ‘’public’’ d’une bonne décennie et en partageant photos de leur feue jeunesse. Non, je ne cautionne pas cette pratique très répandue et que je trouve teintée d’un peu de malhonnêteté, mais rien de bien méchant. Mais oui, inversement, elle me permet de prouver objectivement que dans bien des cas, ces « petits mensonges » sont payants et que peu de gens vont outre les chiffres pour entrevoir la personne qui se cache derrière.  Vous prenez deux profils identiques, étoffés des mêmes informations et des mêmes photos l’un tronqué de quelques années de vie, je vous laisse deviner lequel aura plus de succès.

Subjectivité donc quand tu nous tiens.

A 21 ans, je suis donc pour l’instant dans le « bon » versant du sablier – et oui, cela est surement très plaisant – mais cela ne m’empêche pas non plus de garder un regard peut être encore teinté de conservatisme et de logique biologique et sociétale.

Le Young Boy Toy je veux bien, le pseudo-fils-amant non

Et c’est là malheureusement l’extrême de la problématique. Au temps pour moi, une certaine différence d’âge peut être source de richesses (non, petits vénaux, pas ce type de richesses là), au temps l’on ne peut occulter le sens commun et d’autres sous-problématiques.

Quel avenir donner à une relation entre deux êtres séparés par 40 ans de brides de vie ? (déjà vu) Comment vivre la vieillesse de l’autre ? Les dissensions financières ? Avec l’ouverture (prochaine ?) de l’adoption à tous, d’autres problématiques se rajoutent : Le conjoint en a-t-il déjà eu ? En voudra-t-il de nouveau ?

Vous comprendrez alors que je puisse rester dubitatif et perplexe, voire légèrement choqué quand je lis (à la pelle) des « Mâle 63 ans, cherche minet entre 18 et 24 ans » ou des « Daddy sexagénaire cherche relation durable avec jeune homme de 18 à 30 ans ». Il reste à mon sens nécessaire d’appliquer une certaine proportionnalité.

Résultat des courses ? Aucune réponse, juste des axes de réflexion

Les pro-tolérance

- Une manière d’apporter à l’autre ce qu’il ne possède pas : Si cela fonctionne entre eux, c’est peut-être parce que ce type de couple s’équilibre. Le plus « ancien » amène sa philosophie de la vie, son expérience, sa capacité à résister aux aléas du quotidien quand le plus jeune fait souffler un vent de fraîcheur…  Mais cela peut aussi bien être l’inverse car on peut être très fantaisiste à 50 ans et déjà très assagi(e) à 25 ou 30 ans.

- La sensation de vivre plus intensément: Quand on sait qu’on n’a pas, du fait de notre écart d’âge, un siècle à vivre ensemble, on profite à fond du temps qui nous est accordé. Et on se laisse moins facilement polluer par les petites disputes sans importance.

- Un apprentissage de la tolérance : Former un couple qui n’est pas classique permet d’ouvrir l’esprit. Parce qu’on est « différent », on accepte mieux ceux qui le sont aussi. On devient moins sectaire envers les autres, notamment par rapport aux personnes qui ont un mode de vie au nôtre.

Moins de peur devant l’engagement : Si les jouvenceaux (et jouvencelles) tremblent d’effroi devant la simple évocation du mot mariage, ce ne sera pas forcément le cas avec quelqu’un qui a déjà de la route. Lui ou elle sera moins réfractaire sur ce style de question.

Les contre-tolérance

- L’écueil du père ou de la mère de substitution

- Le regard de l’extérieur qui ne nous épargne pas : Même si on se sent bien ensemble et que l’écart d’âge ne pose de problème ni à l’un à l’autre, il faut être capable d’être affronter les nombreuses remarques de nos entourages, les « Tu dragues à la sortie des écoles, maintenant ? » « Tu es venu nous présenter ton fils ? » et autres répliques perfides !

- Un décalage dans la manière d’appréhender la vie et l’avenir : Pas toujours facile d’accorder ses violons quand l’un a grandi au son des Beatles et des Rolling Stones et l’autre a été bercé(e) par les 2Be3 et les Worlds Apart… Et on peut aussi, à l’intérieur du couple, ne pas être synchrone sur certaines choses.

Petit mot de fin

Finalement, afin de reprendre un peu de hauteur, je pense que cette question d’acceptation du temps qui passe et d’âge en matière sentimentale est avant tout une question de « bien-être dans sa peau ». Ce bien être qui ne saurait être assuré par de longues heures en salle de sport, par les meilleures injections de botox, et par la meilleure teinture pour cheveux grisonnants.

J’ai trouvé un petit court métrage d’Alexis Van Stratum de 5 minutes sympatoche traitant de la peur de vieillir – gays, c’est ICI

Retrouvez moi sur Twitter ICI ou écrivez moi à doriangayparis@gmail.com

6 commentaires

Quand on rencontre une personne et qu’on tombe amoureux, on ne pense pas une seule seconde à l’âge … se limiter à cela c’est se limiter à vivre et exister … c’est sûrement pour cela que beaucoup de personnes sont malheureuses dans leur vie …

Écrit par SfSb le 12 mars 2013 à 18:35

Cher SFSB
Je suis du même avis que toi- d’où ce post.

Écrit par doriangay le 12 mars 2013 à 18:42

Sublime Dorian Gray … ^^

Écrit par Boer le 12 mars 2013 à 18:43

Cher Boer, Merci :)
Cependant dans le “Gray”, il y’a le “R” en trop
Dorian

Écrit par doriangay le 12 mars 2013 à 18:54

Toujours aussi savoureux, en le lisant ma cousine vient de m demander si je vais bien? tellement je rirai. J’entame mes 31 ANS, ni copain, ni bb à l’horizon, et je suis encore moins propriétaire, je me sens désséché looool, quand je lis sur les sites de rencontres “les plus de trente ans ” je me dis c’est le début de la fin.

Quand je pense qu’à une époque c’était moi qui ne voulait pas des “plus de25 ans”, ah la vie est une douce ironie.

Mon dieu que j’envie tes 21ans Dorian, même si je sais que l’âge n’est pas si important que ça, contradiction quand tu nous tiens.

Écrit par og le 12 mars 2013 à 20:45

Ce site web est vraiment un rendez-vous par le biais de toutes les informations que vous vouliez à ce sujet et ne savait pas à qui demander. Glimpse ici, et vous aurez certainement le découvrir. [url=http://sacmichaelkorsmontre.webnode.fr/]michael kors montres[/url] michael kors montres

Écrit par michael kors montres le 25 mars 2013 à 23:17

Réagissez