Dans le pré

Vivre à la ferme par Jérémy

Epouse moi!

Le temps se suspend, les rues sont toujours désertes. La fin de l’automne offre les premières gelées, l’herbe se fige dans le blanc glaciale, alternant avec les jours de pluie. La campagne, la terre à nue s’endort paisiblement. L’hiver approche…

Perdu au milieu de ce nul part, d’un endroit insignifiant, en Hermite j’écoute, je m’interroge. Dans la banalité des poubelles alignées de cette campagne portant le poids des traditions je me demande.

Le mariage ? Pour moi ? Ici ?72472438

Je pourrais rêver d’un mariage paysan, au milieu de la paille, un lancé de poules pour signifier un lancé de colombes, un tracteur pour voiture balai, ou un de ces mariages, classique que l’on voit à la campagne, traînant ces longs cortèges de voitures à travers les champs, dont le bruit des klaxons fait fuir les vaches à l’autre bout des près, créant l’espace de quelques minutes un mini-événement, troublant la quiétude des villages.

Je ne peux m’empêcher d’avoir un doute, j’ai ce sentiment étrange de décalage. Le temps, semble parfois ne pas avoir d’emprise sur les prairies. Je ne peux m’empêcher à ces ptits vieux, vivant dans leur monde, rural, où leur maison sent, respire le passé, la grande table de la cuisine devant l’immense cheminée. J’ai ce sentiment de décalage, devant la normalité, devant les valeurs de la vieille France qu’ils revendiquent.

Alors bien entendu, je le souhaite, je l’espère, il y aura la loi, avant toute chose. Demain, peut-être, je pourrai me marier s’il le cœur m’en dit. Viendra alors le temps de nouveau choix, de savoir si au milieu des boites déposées sur un enclos j’aurai ma place.

2 commentaires

Combien je te comprend, je suis dans un village rural de 278 habitants et vois au quotidien ce que tu vois. Entend ce que tu entends, et ressent ce que tu ressens.
Mais oui, cela est possible, non loin de mon village deux hommes homos ont une ferme et tout se passe très bien. Bon ça jase beaucoup dans le village, mais il en va de même pour moi qui suis en couple et je n’ai pas de ferme.
J’aime ton écriture pour avoir lu tes articles, j’ai vu que tu avais fait tes études à Rennes, saches que je suis non loin de Rennes. Je comprend tes dernières heures passées place St Anne dans une ville Gayfriendly et quitter cela pour retrouver l’isolement de la campagne. Oui un jour ça sera possible même en campagne.

Écrit par Wamito le 7 décembre 2012 à 14:19

Combien je te comprend, je suis dans un village rural de 278 habitants et vois au quotidien ce que tu vois. Entend ce que tu entends, et ressent ce que tu ressens.
Mais oui, cela est possible, non loin de mon village deux hommes homos ont une ferme et tout se passe très bien. Bon ça jase beaucoup dans le village, mais il en va de même pour moi qui suis en couple et je n’ai pas de ferme.
J’aime ton écriture pour avoir lu tes articles, j’ai vu que tu avais fait tes études à Rennes, saches que je suis non loin de Rennes. Je comprend tes dernières heures passées place St Anne dans une ville Gayfriendly et quitter cela pour retrouver l’isolement de la campagne. Oui un jour ça sera possible même en campagne.

Écrit par Wamito le 7 décembre 2012 à 14:21

Réagissez